Le jardin de Julie

Bien grandir sur une planète magnifique…

  • Accueil
  • > Santé familiale et sociale globale

8 mars, 2009

Vivre la cohérence cardiaque

Classé dans : Aux petits soins verts,Non classé,Santé familiale et sociale globale — lejardindejulie @ 16:23

Je voulais vraiment vous parler de cette fabuleuse découverte que j’ai réalisée en décembre 2008. C’est d’abord ma mère qui m’en a parlé, car les récentes découvertes ont amené plusieurs diffusions dans les médias avant les Fêtes. Une découverte sensée rapporter le contrôle sur son coeur, le contrôle sur notre vie. C’est bien vrai… Le coeur, il a une grande responsabilité. On va dire qu’on a mal au coeur, qu’on a le coeur gros, qu’on a le coeur serré, qu’on a le coeur qui chavire ou encore qu’on a le coeur brisé.  Bien c’est maintenant prouvé! Notre coeur s’emballe et se déballe, et dans sa vie agitée, il s’y perd lui-même.

Qu’est-ce qui se passe alors?

Les battements de notre coeur deviennent légèrement irréguliers. Les intervalles entre chaque battement oscillent et varient, pas nécessairement assez pour qu’on s’en rende compte soi-même, mais sur un tracé cardiaque, ca devient alors évident. 

Cela envoie le message au cerveau qu’il se passe quelque chose, qu’il y a un danger, alors le cerveau nous inonde de cortisol, une hormone utile pour nous défendre, pour protéger notre survie. On devient dès lors stressé, on guette, on se déconnecte de notre être pour surveiller, être efficace.

À son tour le cerveau envoie des messages au coeur qui le font battre plus rapidement, plus irrégulièrement. Les sensations augmentent. Comme le coeur est stressé, ses battements deviennent ce qu’on appelle «chaotiques».  On ne s’en rend pas forcément compte. Quand c’est très fort on parlera d’arythmie carrément.

Le coeur renvoit un message d’alerte au cerveau. Et c’est la roue qui tourne. S’en suivent toutes sortes de symptômes reconnus:

stress, anxiété, dépression, malaises, palpitations, insomnie, maux de toutes sortes…

La cohérence cardiaque, c’est la technique de gestion du stress reconnue dans le monde médical comme étant la plus performante actuellement.

C’est le moyen de ramener la cohérence coeur-cerveau, autrement dit l’équilibre entre les deux moteurs essentiels de notre être.

Elle est connue depuis de nombreuses années mais on a commencé à en entendre plus parler en décembre dernier, car les scientifiques l’ont mis à l’épreuve efficacement en ce qui concerne aussi la gestion et la perte du poids.

Précédemment, cette méthode éprouvée avait été révélée au grand public par le Dr David Servan-Schreiber dans son best-seller Guérir. Grâce à elle, des centaines de personnes ont déjà retrouvé la ligne et l’équilibre.

david.png

Guérir

Docteur David Servan-Schreiber

( A étudié la médecine et la psychiatrie, puis il s’est tourné vers la recherche fondamentale en neurosciences cognitives. Il est ensuite revenu à la pratique clinique tout en poursuivant ses travaux sur la neurobiologie des émotions. Après 20 ans au Canada et aux É.-U. il a contribué à fonder puis diriger le centre de médecine complémentaire de l’université de Pittsburgh)

Editions Robert Laffont & Pocket

La technique permet d’apprendre simplement et rapidement à contrôler votre rythme cardiaque par la respiration. Lorsque le cœur bat en cohérence avec le cerveau, s’ensuit une cascade démontrée scientifiquement d’événements hormonaux, neuronaux, biochimiques : le stress diminue, les émotions sont mieux gérées et le comportement alimentaire se régularise.
 

SourireComment faire???Sourire

Il suffit de respirer à une cadence rythmée et régulière de 6 respirations par minute, pendant 3 minutes. 

C’est vraiment facile. Déjà après quelques respirations on se sent détendu. Après 3 minutes c’est l’état «zen». Pratiquée régulièrement (3X par jour) elle fait diminuer radicalement les palpitations cardiaques, les maux de dos, la dépression, l’anxiété, le stress, les maux de tête, les rages alimentaires, elle active le métabolisme qui devient «en contrôle» de lui-même. On ne se sent plus «dépassé» par les événements et le stress semble nous couler dessus, sans nous atteindre. On devient en contrôle fondamental de notre être. Je l’ai testé, et c’est vraiment ce qui se passe! Mais il faut être constant dans la pratique.

Je vous invite fortement, afin de comprendre toute l’amplitude de ces découvertes, à regarder les quatre petits vidéos où Mr. Servan-Shreiber explique lui-même qu’est-ce que c’est du point de vue plus scientifique et «médical», puis met en pratique avec une patiente cette technique fort simple. Cliquer ici, ca envaut vraiment la peine!

http://www.emnergie.com/coherence/ressources/videos/videodss/index.html

Et voici un lien rapide pour le graphique d’une vague, à suivre les premières fois où vous tenter l’expérience. Il suffit de respirer en suivant la petite boule qui monte et descend la vague. Rien de plus simple… 

http://coherencecardiaque.ca/cohcar/guide/index.html

À vous maintenant de surfer sur les vagues!

À vous d’opter pour le chaos… ou la cohérence!

:-)

25 juillet, 2008

Des inventions pas du tout drôles… ou quelques faits sur la création, ou la prévention, du cancer…

Classé dans : Santé familiale et sociale globale,Santé familiale globale — lejardindejulie @ 23:55

c3.jpg 

 J’aimerais vous entretenir sur quelques nouvelles connaissances tirées d’une revue nouvellement parue d’Option Consommateurs, «Diminuer les risques de cancer, Guide du consommateur averti», sur les produits cancérogènes de nos vies courantes.

Pourquoi?

Parce qu’il y a de ca à peine 2 générations, on entendait à peine parler de cancer, parfois dans un journal, et encore.

Parce que dans les 50 dernières années, des dizaines de milliers de substances chimiques ont été introduites dans le milieu industriel, les milieux de travail ou la maison.

Parce que plusieurs d’entres elles sont toxiques, pour les humains ou l’environnement. Certaines sont dites cancérogènes, c’est-à-dire qu’elles peuvent causer le cancer. D’autres sont toxiques pour la reproduction humaine ou animale (pensons sperme endommagé, infertilité féminine, puberté précoce, ou encore troubles du foetus et enfants).  D’autres encore sont des perturbateurs endocriniens, ils perturbent les fonctions hormonales du corps humain.

Parce qu’il y a pas moins de 116 substances chimiques toxiques dans le corps humain d’un nord-américain, et davantage chez les enfants que les adultes.

Parce qu’aujourd’hui, 1 homme sur 2,3 et 1 femme sur 2,6 court le risque de développer un cancer pendant sa vie.

 

Voilà.

 Côté dehors:

Le shampoing pour traiter les poux fait de LINDANE est un insecticide hautement toxique. Un seul traitement avec ce shampoing peut polluer 23 millions de litres d’eau!!! Imaginez votre peau!

Les pesticides utilisés contre les puces et tiques sont liés au cancer du cerveau chez les enfants.

Les pesticides domestiques augmente considérablement les risques de leucémie infantile pour les enfants avoisinnants. Ils favorisent aussi les cancers du sein et de la prostate.

L’agence américaine de protection de l’environnement a homologué 140 ingrédients actifs de pesticides dont le mode d’action est neurotoxique: ils affectent le cerveau et le système nerveux!

AU canada, en voici qui sont homologués (parmi d’autres!):

alléthrine, chlorpyrifos, dichlorvos, malathion,

perméthrine, phosalone, resméthrine, tétrachlorvinphos,

tétraméthrine.

Côté bouffe:

On a trouvé des résidus de 18 pesticides lors d’analyses de poivrons importés du Mexique, 12 pour des fraises des É-U.

Les nitrites, nitrosamines, un agent de conservation des viandes froides, fumées, saucisses hotdogs. Les gens qui en consomment de grandes quantité augmentent de 67% leurs chances de développer un cancer du pancréas.

Les poulets recoivent de l’arsenic dans leur moulées, sous le nom cute de Roxarsone.  C’est pour les aider à combattre leurs parasites intestinaux et stimuler la croissance. mais ca se retrouve en quantité plus élevée que prévue dans la viande que nous mangeons.

Les légumes les plus contaminés par les produits chimiques sont les poivrons, laitues, fraises, raisins, oranges, pêches, tomates des champs, nectarines, céleri, patates, poires, concombres, pommes, cerises, pois des neiges,

Les moins sont la roquette, mûres, rhubarbe, litchis, betteraves, maïs, canneberges, courgettes, bananes, kiwis, mangues, échalottes, panais, aubergines.

La conclusion: il faut en manger beaucoup, mais préférer la culture biologique. Car une grande consommation des fruits et légumes est une clé dans la prévention du cancer.

Côté maison:

Les push push et huiles parfumées, branchés et tralala:

Ils peuvent engendrer du formaldéhyde, un cancérogène humain reconnu parmi les plus toxiques selon le centre international de recherche sur le cancer. Ils déclenchent aussi l’asthme, ou encore sont des perturbateurs endocriniens. Ils DÉGRADENT RÉELLEMENT la qualité de l’air de la maison. On en retrouve également dans le MDF, la mélamine de toutes sortes, le contreplaqué, certains planchers flottants.

Le crayon effaceur magique de Mr. Net, contient de petites quantité de formaldéhyde.

Le produit anti-ternissures Tarn-X, par Jelmar, contient de la thio-urée, reconnue comme un cancérogène présumée.

Le TILEX «toute la salle de bain», contient du 2-butoxyéthanol: reconnue comme une cause possible de problèmes sanguins et de dommages aux reins et au foie. Elle peut aussi avoir des effets toxiques sur la fertilité.

Les colorants capillaires foncés contiennent du goudron de houille, associé au cancer de la vessie. (pour les femmes qui en utilise 1 fois par mois leur risque double). Le colorant pour hommes «Grecian Formula» contient de l’acétate de plomb, qui est inscrit sur la liste critique.

Les shampoings, crèmes, lotions pour la peau: contiennent du COCAMIDE diéthanolamine, ou COCAMIDE DEA. Cet substance donne des tumeurs au foie des animaux qui en avaient reçu sur la peau. C’est un cancérogène probable pour les humains.

Les crèmes solaires et cosmétiques: contiennent des parabènes. Sous le nom de méthylparabène, butylparabène, propylparabène.  Ingrédient très largement utilisé, et difficile à éviter.. C’est un perturbateur endocrinien facilement absorbé par la peau, capables de se fixer aux récepteurs d’oestrogène chez les femmes. Ils constituent un risque important pour les femmes enceintes et les enfants.  Rechercher des écrans solaires sans parabènes.

Les PHTALATES: très largement utilisés, dans les plastiques, et cosmétiques. Ils pourrainet être associés à la baisse appréciable du nombre de spermatozoides dans la population masculine de pays développés. On leur attribue certaines anomalies congénitales dans le système reproducteur de bébés masculins. Ils imitent aussi certaines hormones femelles, interfèrent avec les hormones mâles.  Sont des polluants toxiques persistants dans l’environnement. Et aucune loi n’oblige les entreprises des É-U ou du Canada à déclarer leur présence sur les étiquettes.  Parfois, ils sont identifiés par un mot passe-partout: fragrance.

Les poêles antiadhésives, traitements antitâches pour tapis et tissus: contiennent des produits chimiques qui constituent un risque cancérogène réel pour les êtres humains.

Les bijoux pour enfants, de nombreuses coupes à vin, contiennent du plomb.  Le plomb est un neurotoxique, un cancérogène humain connu. Au Canada, il y a un règlement interdisant la vente ou l’importation de bijoux pour enfants contenant plus de 600 mg de plomb par kg. L’Association Canadienne du droit de l’environnement avait demandé qu’il soit complètement interdit, mais le gouvernement fédéral a plutôt choisi de ne pas déstabiliser les entreprises au détriment des petits canadiens et de laisser la norme telle qu’elle est. (!)  Les coupes à vin en cristal de plomb peuvent  contenir de 14 à 24% de plomb, qui se libère en petites quantités dans les liquides qu’ils contiennent. Mentionnons qu’IKEA ne vend que des coupes qui n’en contiennent pas.

L’eau en bouteille: Les plastiques numéro 7  PC (dans le petit triangle sous le contenant) voir: (bouteille lexan, 18 litres de refroidisseurs d’eau, biberons, cannes de conserves, boîtes de lait industriels pour nourrissons, entres autres) contiennent du Bisphénol-A, reconnu toxique, qui se transfert à l’eau. L’exposition humaine équivaudrait à 0,25 parties par milliard, ce qui est le niveau qui précisément peut provoquer des changements dans les tissus mammaires. Des dizaines d’études ont fait ressortir une relation entre ce produit chimique et le cancer de la prostate, les troubles du système reproducteur masculin, le cancer du sein, et la maladie d’Alzheimer. Des recherches faites en 2007 ont démontré qu’une exposition in utero au Bisphenol-A pouvait avoir un impact sur les 2 générations suivantes…

Les plastiques numéro 1 PET (pour polyéthylène téréphtalate,) (bouteilles d’eau épiceries) tant qu’à elles, contiennent de l’antimoine, qui provient du plastique en lui-même, lorsque l’eau est embouteillée et conservée pour une période prolongée (de plusieurs semaines et plus), ou encore réutilisée à de nombreuses reprises. Ce produit est un cancérogène, mais les effets sur la santé ne sont pas clairs pour ce qui est de la forme hydrosoluble retrouvée dans l’eau.

Notons que le niveau d’antimoine trouvé dans les bouteilles en plastique était inférieur au niveau permis dans l’eau potable au Canada. … (pas rassurant!)

Les jouets: Les deux phtalates les plus largement utilisés dans les plastiques pour les jouets et articles de bébés et enfants sont le DINPet le DEHP, qui est ajouté aux produits de PVC ou vinyle. Il est soupconné pour être une cause possible de lésions au foie ou aux reins, le DEHP est une substance à effets toxiques sur le système reproducteur. On retrouve même des anneaux de dentition en PVC!!! Et de nombreux jouets fabriqués à partir du DINP! De nombreux pays en ont interdi l’usage dans les jouets, comme le japon et l’Union Européenne… mais pas le Canada… fallait le deviner! On cite cependant qu’il existe certaines normes pour la quantité permise, soit un maximum de o,1%, ce qui est tout de même beaucoup!

Tiré de la revue ci-haut citée.

Pour commander la revue, qui contient beaucoup de preuves et de détails et beaucoup plus encore, voir le site: www.option-consommateur.org 

Nature et radis

Classé dans : Fleurs et Jardins,Poésie,Santé familiale globale,Vie quotidienne — lejardindejulie @ 23:51

17.jpg 

première récolte de jardin: les radis blancs

 

Je crois en l’importance d’être le plus près possible de la nature qui nous a créé et qui nous entoure,

cette même nature qui a tout pour nous soutenir,

pour nous nourrir,

pour nous égayer par sa richesse et sa beauté,

pour nous soigner, pour nous soulager,

pour nous divertir et nous enrichir.

Cette nature est la plus belle chose qui soit.

Il faut faire tout ce que l’on peut pour la préserver et la protéger, pour nous, et pour tous les descendants de l’espèce humaine à venir…

18.jpg

(nos radis sont pas mal piquants!!!)

21 juin, 2008

Soigner naturellement les otites… c’est possible!

Classé dans : Non classé,Santé familiale et sociale globale — lejardindejulie @ 23:22

photosacha002.jpg

(Note: De nombreux ajouts ont été faits dans cet article afin de le rendre encore plus complet. Il est certes un peu long, mais je vous recommande de le lire en entier car il contient beaucoup d’informations importantes. Cependant, vous pouvez commencez par le protocole aux oignons immédiatement et revenir plus tard pour lire la suite… une fois que votre enfant se sentira mieux!)

  Toutes ces belles découvertes sur les oreilles en particulier ont commencé il y a environ 10 ans, alors que l’un des enfants d’une de mes grandes amies souffrait d’otites à répétition, et donc, devait consommer des antibiotiques, aussi à répétition. Cet enfant n’étant âgé à peine que d’un an! Et déjà elle était habituée à aller attendre à la clinique pour repartir avec sa maman tenant une prescription dans les mains.  Je me suis mise à chercher… Et mon amie aussi.

Et nous avons mis au point un petit «mode d’emploi» qui s’est avéré très efficace dans plus de  98% des cas. Si j’essaie de faire un compte réaliste, personnellement dans nos familles, et de bouche à oreille à nos amis aussi, des cas que nous avons su qu’il s’agissait vraiment d’une otite, on a dû en voir peut-être au moins une soixantaine certainement en tout et partout, et c’est sans compter les parents à qui on l’avait dit et qui ont pu l’essayer sans nous en parler. Bien sur toutes ces fois, il n’est arrivé qu’une seule fois où une maman avait jugé pertinent de donner les antibiotiques finalement, car sa fille, qui était plus grande, se plaignait encore après plusieurs jours et disait ne pas bien entendre. C’est la seule fois, depuis toutes ces années, où la méthode n’a pas pu régler complètement la chose. En fait on ne sait pas si c’est l’antibiotique qui a fait une différence, mais cette fois-là il avait été donné. On se fait souvent demander comment on fait, c’est quoi notre méthode… donc voilà!

Voulez-vous savoir comment on s’y prend? 

 

Si l’enfant se plaint de mal à l’oreille, a le pavillon d’une oreille (ou les deux) rouge, ou qu’un jeune enfant a l’air d’avoir mal, fait une fièvre avec écoulement de nez infecté (jaune ou vert), ou que vous soupçonnez ou avez connaissance d’une otite:

1) Les oignons. De notre expérience, tout le coeur du secret y est caché et c’est la toute première action à entreprendre… 

Les oignons sont un vieux truc de grands-mères qui fonctionne très rapidement pour soulager la douleur et guérir l’infection. (J’avais découvert ce truc dans un excellent livre qui s’appelle «  Médecine naturelle et maladies infantiles » de W. Stellman)  

 C’est très simple:

Prenez un oignon frais, coupez en un bout pour obtenir environ 1 c. à table d’oignons hâchés par oreille. (en cas de doute traitez les deux oreilles simultanément)  211.jpg

 Vous humectez une débarbouillette pour bébé très fine, ou très usée (l’important c’est que la vapeur puisse passer facilement au travers) Les petites débarbouillettes de bébés du commerce en ratine de polyester minces font super bien.

Cuisson des oignons:

**Attention!!! Il est absolument essentiel et primordial de n’utiliser aucun corps gras pour la cuisson des oignons. Aucune huile ou beurre ou autre, car les particules d’huile chaude qui pourraient passer au travers la débarbouillette pourraient brûler la peau de votre enfant. Donc, aucun corps gras! Rien d’autre que les oignons!

Version four micro-ondes: vous déposez votre petite quantité (environ 2 c. à table) d’oignons sur la débarbouillette, le tout dans une assiette, et faites chauffez quelques secondes à HI. (environ 10 à 15 secondes)

Version four traditionnel: vous passez les oignons à la poêle quelques instants (environ 1 à 2 minutes) pour les rendre bien vaporeux et piquants aux yeux. 24.jpg

Vous pliez la débarbouillette de sorte qu’il n’y ait qu’une seule épaisseur de tissu du côté des oignons. (autrement dit entre l’oreille et les oignons)

 25.jpg  26.jpg

27.jpg   28.jpg

Toujours vérifiez avant sur votre propre oreille, car les oreilles ressentent plus fortement la chaleur que  nos mains.  La sensation doit être chaude, agréable et confortable, mais pas brûlante!Vous verrez que la température de la pochette diminue rapidement. Vérifiez à quelques reprises sur vos propres oreilles et attendez le bon moment.

Ensuite, enfilez un bonnet à oreilles à votre enfant que vous nouerez sous le menton, et glissez-y la pochette d’oignons sur toute l’oreille, bien à plat.  Laissez en place de 15 à 30 minutes (le plus est le mieux), (l’enfant qui, tout apaisé, s’endort, peu dormir avec les oignons sans problèmes et il n’y a pas de limite réelle).

Note: Souvent les enfants sont très réticents la première fois, probablement à cause qu’ils ont déjà si mal. Mais faites-vous confiance, vous le soulagerez. Restez calme, procédez. Une fois le bonnet et la pochette installé, rien n’est meilleur qu’une belle histoire à lire tout collés avec une doudou! Et vous verrez comme il se calmera vite. Vous aurez très certainement moins de rouspétage la prochaine fois, votre enfant saura combien ces pochettes sont bienfaisantes!

Le soulagement est quasi-instantané. Imaginez comment la vapeur d’oignon vous fait pleurer quand vous les respirez. Cette même vapeur, antibactérienne et antimicrobienne, va s’infiltrer dans l’oreille et passer au travers du tympan, où elle fera se liquifier les sécrétions infectées et épaisses, de la même façon qu’elle fait se liquifier vos sécrétions nasales et oculaires! Et c’est justement la pression causée par ces sécrétions épaissies contre le tympan qui cause de la douleur… Vous pouvez imaginez comment cette vapeur chaude doit être bienfaisante!  En tout cas, nous avons de très nombreuses fois constaté cet effet: les enfants se calment rapidement, arrêtent de pleurer, et vont mieux après.

photobbzac.jpg bb Zachary

img2663.jpg

 

Vous pouvez répétez 3 fois par jour au début, mais généralement après la première journée c’est presque tout fini. Les plus grands et les adultes qui l’ont essayé le disent eux-mêmes, souvent une seule application suffit à enrayer souvent complètement la douleur et la congestion dans l’oreille.

Conseils généraux à appliquer en parralèle:

2) Dès l’apparition des premiers symptômes du rhume ou de de la grippe (car généralement les otites sont une complication de ceux-ci):

1) Veillez à ne plus donner de produits laitiers à l’enfant (laits, fromages, yogourts, crèmes, etc.). Les produits laitiers épaississent vraiment les sécrétions des muqueuses, dont le travail est de stopper l’invasion des microbes; celles du nez, de la gorge, deviendront plus épaisses, plus collantes, s’évacuant moins bien. Leur travail s’en trouve ainsi ralentit et perturbé. Pourtant, un nez qui coule, ça sert justement à faire sortir les microbes dehors. Et comme les sécrétions du nez communiquent avec les oreilles, c’est important de garder le tout liquide et fluide. Les otites, ca débute généralement quand des sécrétions remplies de microbes viennent encrasser les fins conduits de l’oreille interne. Donc, si on veut garder les liquides bien juteux, on arrête de donner les laitiers pendant tout le temps que dure la maladie!  Les pains blancs, farines blanches, céréales raffinées, l’avoine, le blé, le soya, le riz, parfois aussi les agrumes, ces aliments aussi font épaissir les sécrétions. En cas de maladie, on les élimine de l’alimentation! En cas de maladie chroniques… on se pose des questions!

Mais on offre quoi à la place?

De l’eau! Beaucoup d’eau! L’eau nettoie les muqueuses et les aide à faire leur travail plus facilement. L’eau nettoie le sang et aide les reins et la peau à mieux évacuer le méchant, et bien sûr, il n’existe pas de meilleurs prévention à la déshydratation! De là toute l’importance d’apprendre aux enfants le plaisir d’en boire avant. 

Des jus dilués et non-sucrés, non-colorés.

Des tisanes peuvent être données sans danger aux enfants. Personnellement j’ai d’excellents résultats avec la tisane de tilleul. Cette plante douce a bon goût, abaisse un peu la fièvre, calme, aide à dormir, et a la merveilleuse propriété d’assécher doucement les muqueuses surchargées; ainsi elle ralentit les nez qui coulent ou les toux en résorbant les microbes. Elle active aussi la transpiration, qui est aussi un moyen du corps pour faire évacuer les toxines et les microbes. On peut combiner le tilleul à une autre plante, selon le besoin:

La feuille de framboisier, en présence se symptômes de rhume ou de grippe. Le framboisier soulage de façon presque instantané un mal de gorge qui débute, et apaise le mal de gorge qui est déjà bien installé. Elle décongestionne, soulage le nez qui coule, les maux de tête.

La racine de guimauve, si l’enfant tousse, et/ou a la gorge, les poumons, les voies urinaires, ou même l’estomac, irrité. Cette racine douce et sucrée adoucit et cicatrise, fait diminuer la quantité de sécrétions et soulage efficacement la toux.

La feuille de molène, elle est merveilleuse pour les poumons et les bronches, qu’elle guérit en aidant à décoller l’excès de mucus et en calmant la toux.

Donc j’utilise toujours une part de tilleul, et généralement une part d’une autre de ces plantes que je connais très bien. Parfois j’utilise le tilleul seul, quand rien ne semble d’emblée suggérer autre chose. J’infuse environ 4 c. à table en tout dans un litre d’eau de source bien chaude (pas bouillante) , idéalement dans un bodum, je laisse les herbes flotter librement et descendre au fond. Au bout de 15 à 20 minutes, c’est prêt. L’infusion doit être un peu colorée, et goûter quelque chose. J’y ajoute ensuite du miel, non-pasteursié et local,  -ça va de soi! -les enfants adorent!!! 2 bonnes grosses cuillères de miel pour le litre de tisane.  Je laisse ensuite le pot sur le comptoir toute la journée, et j’en offre à boire toutes les heures une petite quantité, ou encore 3-4 fois par jour une petite tasse selon l’âge et les goûts. Pour les plus bébés de plus de 1 an, environ 3-4 onces 3 à 4 fois par  jour.  Pour les enfants de 2 ans et plus, sensiblement la même chose, mais un petit peu plus. Pour les enfants qui n’aiment pas le goût de la tisane, on peut leur mélanger avec du jus. Elle peut même se boire froide, mais en cas de maladie (surtout avec fièvre) tiède-chaud c’est préférable pour ne pas choquer l’estomac et profiter des propriétés calmantes.

De la soupe maison! C’est si bon, faite de bouillon maison, légère, à laquelle on ajoute quelques légumes guérissants et stimulant le système immunitaire, tels que les oignons (cuits ils deviennent si facile à manger) et l’ail qui tuent bon nombre de microbes à leur deux seuls. On peut y ajouter une pincée de thym, qui est un super bon assainisseur.

Quelques crudités, quelques craquelins, des compotes de fruits non-sucrées, quelques noix…  L’idée, c’est de ne pas surcharger l’estomac. Un estomac plein demande beaucoup d’énergie à l’organsime pour digérer le tout. Ce n’est pas pour rien qu’on a pas faim quand on est malade! Le corps se réserve ses énergies pour guérir. Il ne faut pas s’inquiéter devant un enfant qui ne mange pas plus que cela pendant plusieurs journées. Il sait écouter ses besoins et se remettra bien vite sur pieds! L’important c’est de boire beaucoup. La faim reviendra en même temps que l’énergie et la santé.

3) Veillez également  à désobstruer et liquéfier les narines régulièrement, afin de permettre aux sécrétions de ne pas devenir épaisses et collantes, ce qui est un terrain propice au développement des bactéries et ce qui prédispose aux infections… comme les otites. On peut utiliser du Salinex ou en faire soi-même, (eau + sel, doser pour que ca «goûte» les larmes = bonne concentration de sel) qu’on peut mélanger avec un peu de tisane concentrée de camomille qui apaise et nettoie. Il suffit de faire glisser quelques gouttes dans chaque narine avec un compte-goutte. Répéter souvent, moucher, surveillez. Intensifiez en cas d’écoulements purulents jaunes-verts,  signes d’une infection bactérienne.

4) Le plus possible, laissez la fièvre faire son travail.

Je sais! J’entends déjà les hordes de parents s’élever et s’inquiéter! Je sais qu’il est coutume de donner du tylénol dès l’apparition de la fièvre, pour soi-disant «soulager» l’enfant. Mais saviez-vous que la fièvre est un moyen de protection de notre corps, et non une menace? Elle agit en réponse à une attaque par des virus ou bactéries. La fièvre est merveilleuse la plupart du temps:

- elle permet à nos globules blancs (ceux qui s’attaquent aux envahisseurs pour combattre l’infection) de se multiplier beaucoup plus vite. Plus il y en a, mieux c’est!!!

- elle permet à ces mêmes globules blancs-attaqueurs de se déplacer beaucoup plus rapidement!!!

- elle rend un peu somnolent. Elle fait dormir… en dormant, tout notre corps se regénère beaucoup plus rapidement que quand nous sommes éveillés! Ainsi nous combattons plus vite et mieux!

- elle coupe l’appétit, afin que nous préservions nos forces, comme je vous disait…

- et elle tue les microbes! Cette chaleur ralentit le déplacement des envahisseurs, les empêche de se multiplier, et les tues carrément … si pour peu qu’on la laisse faire son travail, elle est vraiment une alliée.

- elle n’est pas dangereuse. Elle ne monte que très rarement au delà de 41C, et le pire qu’il peut arriver c’est que l’enfant convulsionne. Cela peut arriver généralement quand la fièvre monte très brutalement et à une température élevée. Dans la très grande majorité des cas, les convulsions sont sans danger, quoi qu’impressionnantes. Il faut savoir aussi qu’elles touchent davantage les garçons, et avant 6 ans. Si la fièvre de votre enfant monte rapidement et qu’il est très mal, je vous conseille d’essayer d’abord de lui donner un bain et une tisane de tilleul, ce qui pourrait aider à contenir la fièvre et à garder l’enfant plus confortable. Des granulés homéopathiques de BELLADONNA peuvent être aussi donnés dans ce cas particulier, surtout si l’enfant a le visage rouge, les joues rouges, et qu’il est très chaud. Un autre truc de grand-mère bien répertorié est l’enveloppement des mollets avec des serviettes mouillées d’eau fraîche. C’est le même principe que la débarbouillette mouillée sur le front, mais les mollets ont une plus grande surface de peau et cette technique permet de faire baisser la fièvre juste assez pour la rendre plus tolérable.

* Note: Il faut savoir qu’un enfant qui frissonne essaie de faire monter sa fièvre, le corps lutte pour le réchauffer davantage. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à l’habiller et à le couvrir; ainsi nous évitons des efforts à son corps et beaucoup d’inconfort. De mon expérience, et ce la plupart du temps, les enfants sont nettement moins incommodés lorsqu’ils sont habillés et couverts. traditionnellement, on enfilait des bas de laine aux enfants, des combines et des foulards, et ils étaient au lit! Je crois que les grands-mères savaient bien ce qu’elles faisaient. Et avec 12 et 15 enfants à la maison, elles avaient fort certainement l’expérience d’un petit docteur pour tous ces petits maux!!!

À propos du tylénol et de la maladie:

C’est vrai qu’on ne se sent pas très bien quand on fait de la fièvre… Mais ce n’est pas ça, être malade? Pourquoi faudrait-il empêcher nos enfants de «sentir» la maladie?  En leur donnant du tylénol pour leur permettre de continuer leurs activités, leurs cours, leurs journées à la garderie, leurs jeux, leurs repas, on les «coupe» littéralement de leurs instincts de protection. La maladie est pourtant encore là, mais on ne la voit pas. Pire: le corps est occupé à dépenser tant d’énergies pour plein d’autres choses qu’il ne lui en reste plus beaucoup pour s’occuper de ses envahisseurs… Alors qu’il commandait repos et sommeil en lancant la fièvre, il reçoit le contraire. Quelle logique?

Bien sûr parfois la fièvre est forte, trop forte, donnant maux de têtes violents, ou encore hallucinations et même délire, ou encore douleurs physiques importantes. Personnellement, je ne donne le tylénol que dans ces cas, pour soulager réellement de la douleur et donner un répit qui ne veut pas venir. Parfois elle est nécessaire pour un enfant qui n’arrive pas à dormir, et qui souffre d’une fièvre agitée. Vous pouvez juger de cela vous-même. Mais ne craignez pas la fièvre…

5)  Du DODO!  Beaucoup de dodo, comme dans le bon vieux temps. Pas des heures de télé, figés à l’écran, le cerveau sur-stimulé. Je parle de bonnes vraies longues journées passées au lit ou collé dans les bras ou dans une écharpe. Tant et aussi longtemps qu’il y a de la fièvre au minimum. Mes enfants aiment la musique douce qui détend, quelques bons petits livres, leur petite tisane tout près, des couvertures douces, ce n’est pas désagréable du tout! Et le corps guérit si bien dans son lit! Et sans complications! Et être au lit quand on est malade est aussi un apprentissage :-)

6) Combinez à ce traitement bien naturel une teinture d’échinacée biologique, pour les enfants de plus de 1 an, en suivant la posologie indiquée. Plusieurs compagnies vendent des formules pour les enfants. L’échinacée est réputée pour traiter les affections aigües comme les otites ou les amydalites. Elle stimule le système immunitaire de nombreuses façons, et tue grand nombre de virus et de bactéries. Vous pouvez donner le traitement sur 10 jours, comme l’aurait été un antibiotique «traditionnel». Je privilégie beaucoup la compagnie «La clef des champs» qui produit une gamme avancée de teintures, herbes et onguents tout bio et faits à la main au Québec. 

Si votre enfant fait des otites à répétitions ou qu’il se libère mal de son otite:

Je vous recommande fortement de consulter un bon chiropraticien de votre région, ou encore un osthépathe si vous en connaissez un bon. L’oreille interne étant très fine et délicate, il se peut très bien qu’un petit désalignement des structures internes en soit la cause.  Votre chiropraticien peut vous renseigner sur ce sujet et saura traiter votre enfant efficacement et sans médicaments.  Il a d’ailleurs les outils nécessaires également pour regarder dans l’oreille, comme chez le médecin, ce qui en fait aussi un avantage car nul besoin d’aller attendre à l’urgence pendant des heures! Savez vous que les chiropraticiens doivent faire un doctorat de 5 ans pour être diplômés? Ils sont réellement équipés en santé. Si vous êtes de la région du Saguenay-Lac-St-Jean, je vous recommande chaleureusement Docteur Jasmin Tremblay,  père de 4 enfants, qui est chiropraticien depuis 12 ans et spécialisé dans la pratique familiale. Vous pouvez le rejoindre à sa clinique L’Odyssée Familiale au 418-542-8999.

Complications de l’otite à connaître:

Il va se soi que pour se sentir rassuré en tant que parent, il est important de connaître tout ce qu’il y a à savoir. Il existe bel et bien des complications possibles à une otite, de là l’intervention rapide des médecins avec les antibiotiques.  Pourtant, les antibiotiques ne soignent pas les otites virales, et il est vrai que la plupart (plus de 85% selon http://fr.wikipedia.org/wiki/Otite) des otites guériraient d’elles-mêmes  et spontanément sans que l’on fasse quoi que ce soit, si on les laissaient faire  (voir mon article à ce sujet). Et je suis persuadée qu’un véritable protocole de guérison tel que celui que je vous propose peut faire une réelle différence pour les otites un peu plus difficiles…

Cependant, en étant bien renseignés, on sait quand il est réellement le temps de consulter, et faites-vous confiance! Vous seuls connaissez aussi parfaitement votre enfant. Devant des signes qui s’aggravent nettement, devant des réactions anormales, une fièvre très élevée qui vous inquiète, si votre enfant souffre aussi de vomissements, de raideurs anormales du cou, d’éruptions étranges, allez consulter rapidement! Aucun livre ni aucun article ne saura le décider pour vous. Je vous conseille de lire, de chercher. Il est aisé de trouver des articles forts complets sur les possibles complications de l’otite. En les lisant, en vous renseignant, vous développerez votre bagage de connaissances et vous sentirez plus forts et outillés. Lire les complications possibles ne doit pas devenir une source d’anxiété mais plutôt une manière rationelle de comprendre et d’intervenir dans la santé de vos enfants.

Mais sachez tout de même que dans la très grande majorité des cas, l’enfant saura se défendre, son corps et son système immunitaire  ont été conçu pour cela.


À propos des antibiotiques

En suivant ce petit protocole, je n’ai jamais eu à donner d’antibiotiques à mes enfants. En fait, comme je le spécifie dans mon article précédent, il est vraiment raisonnable d’attendre 3 à 4 jours complets avant de consulter, s’il n’y a pas d’autres inquiétudes. C’est à vous de jugez. Renseignez-vous, cherchez, questionnez. Vous pouvez lire mon article précédent sur les antibiotiques pour les otites si ce n’est déjà fait. (leur efficacité est très discutable, ils amènent des effets secondaires non-négligeables, ils n’apaisent que rarement la douleur et ne racourssicent la durée de l’infection que de très peu… allez voir, c’est l’article précédent celui-ci)

Il m’est arrivée à quelques reprises d’aller consulter pour une de mes filles malades, de ressortir avec une prescription d’antibiotiques, et d’attendre encore un peu… Souvent le lendemain elle était mieux, si bien que finalement elles n’en ont jamais pris. Pourtant, combien de médecins déclarent aux parents qu’il n’y a que les antibiotiques pour venir à bout de ces otites, et de bien d’autres choses encore… C’est totalement faux. Comme je le dis dans cet article à ce sujet, même en faisant rien du tout d’autre que de laisser faire le corps, la plupart du temps tout se résorbe tout seul. Moi  je crois qu’en appliquant en plus ces stratégies renforcissantes et stimulantes on peut venir à bout de bien des choses…     

J’ajouterai ici vos photos d’enfants soulagés par l’action thérapeutique de vos bons soins… et du «bonnet guérisseur» comme l’a surnommé une maman que je connais et qui l’a essayé avec un grand succès. Vous n’avez qu’à me les envoyer via courriel avec, si possible, un commentaire!  Le but étant bien entendu d’encourager le plus grand nombre de parents à se faire confiance dans ce petit combat de la vie!

                 lkbonnet1.jpg

«J’ai été chez le médecin ce matin pour contrôler son otite.  J’avais beaucoup de crainte car elle mouche encore très vert mais j’ai eu la bonne nouvelle que Léa-Kim est en voie de rémission.  Le médecin n’est plus inquiète elle est certaine qu’elle s’en tirera très bien sans antibiotique.  Alors, j’ai maintenant la preuve que parfois le temps est le meilleur remède.  Je suis vraiment contente et je continue les tisanes ,le salinex et les oignons.  J’ai atteint mon but soit l’age de 1 an sans antibio alors on s’en sort quand même bien.

Merci mille fois pour tous tes conseils!!

Une maman rassurée, J. »

photosacha002.jpg

Bébé Sacha-Lou, 15 mois, Mtl, soulagé de la douleur…

img2663.jpg

Voici une photo de ma doudoune qui vous remercie grandement pour cette recette miracle. Après 2 jours de grandes douleurs, nous avons essayé, non sans suspicionss sur l’effet réel, le traitement aux oignons sur notre fille de 9 mois…. Nous n’en revenions pas de voir notre fille sourire et se promener partout dans la maison le sourire aux lèvres comme si de rien était! L’effet a été instantané! Merci!

20 juin, 2008

Antibiotiques et otites…

Classé dans : Santé familiale globale — lejardindejulie @ 20:45

 

14.jpg

Les oreilles en chou-fleur?

Je vous l’avait promis, voici enfin ma dernière petite recherche, faisant suite à ce que je vous racontait au sujet des antibiotiques, sur quelques faits entourant les otites des enfants. Passionnée que je suis pour la santé de ma famille, j’ai depuis longtemps questionné et surquestionné amis, parents, familles, infirmières, docteurs, sages-femmes, articles, livres, sites internets…

Voilà.

 Je suis tombée sur de très bons articles qui traitaient de l’efficacité des antibiotiques pour soigner les otites aigües. Ma petite R-L (1 an) a eu mal à une oreille cet hiver, et je me suis relancée dans mes recherches plus profondément. J’ai toujours soigné moi-même les otites de mes enfants à la maison, mais je voulais vérifier où en étaient les recherches de l’heure sur le sujet… Je vous fais part des grandes lignes, qui ont de quoi ébranler quelques convictions! 

- La guérison dite «spontanée» de l’otite moyenne, c’est-à-dire rapidement et sans traitement est la règle pour la majorité des cas. La guérison spontanée survient dans 69 à 97 % des otites bactériennes, dans 100 % des otites virales

 source: ww.swisspaediatrics.org/paediatrica/vol11/n4/oma-fr.htm 

 - Dans la population en général, environ 80 % des otites guérissent spontanément sans traitement par antibiotiques, en l’espace de 2 à 14 jours.

Source: Perreault D, Dre. Otite égale antibiotique? La Presse, 9 novembre 2003.

 - Seulement 5 % à 14 % des enfants traités par antibiotiques

 guérissent plus rapidement : une différence d’une journée à peine.

 Selon une recherche effectuée aux Pays-Bas, auprès de 240

enfants âgés de 6 mois à 2 ans)

Source: Damoiseaux RA, van Balen FA, Hoes AW, Verheij TJ, de Melker RA. Primary care based randomised, double blind trial of amoxicillin versus placebo for acute otitis media in children aged under 2 years. BMJ. 2000 Feb 5;320(7231):350-4.  

- 5 à 10 % des enfants traités par antibiotiques sont victimes de nausée, de diarrhée, ou de vomissements.

Source: Richard A, Dre. Guide de pratique pour le diagnostic et le traitement de l’otite moyenne aiguë, L’Actualité médicale, vol. 25, no 38, 6 octobre 2004. - Plus de 30 % des otites ne sont pas bactériennes (3), ce qui signifie que plus d’une fois sur 3, les antibiotiques auront été donnés pour soigner un virus… ce qui est complètement inefficace et inutile.

source:  par Jean-Yves Dionne, B.Sc. Pharm. 

- Pour empêcher 1 enfant de ressentir de la douleur entre 2 et 7 jours après le début de l’otite, 17 enfants doivent être traités aux antibiotiques.

source: Del Mar C, Glasziou P, Hayem M., Are antibiotics indicated as initial treatment for children with acute otitis media? A meta-analysis. BMJ. 1997;314;1526-1529  - Au bout de 6 semaines ,l ‘otite dite «séreuse»  se retrouve  autant chez des enfants traités par antibiotiques que ceux qui n’ont pas été traités (source idem 3) 

- Les antibiotiques ont peu d’impact sur la guérison de l’otite moyenne aiguë, mais elle suggère une efficacité à court terme (48 à 72 heures) de l’antibiothérapie sur la douleur et la fièvre (source idem 3) - On peut  attendre de deux à trois jours avant de prescrire des antibiotiques chez les enfants de plus de deux ans, lorsque les symptômes ne sont pas graves. Source: Dre Luce Pélissier-Simard, M.D. Passeport Santé

- Chez les enfants de moins de 2 ans le traitement par antibiotiques n’améliorait pas l’évolution spontanée favorable et ne pouvait améliorer la symptomatologie que chez un enfant sur huit, de plus en ne raccourcissant sa durée que d’un jour. (source idem 3)  - Dans une recherche d’envergure avec des enfants de 2 ans et plus, plus de 90% ont été guéris de leur otite avec un traitement de gouttes nasales et d’analgésiques. Aucun antibiotique n’a été donné, à moins que les symptômes n’aient persisté quatre jours.  Source: (Baltimore, R.S., Antibiotic Treatment of Otitis Media, Ninth Annuel Infectious Diseases in Children Symposium, Nov. 23,1996, New York.

 - Du fait de leur trop grande utilisation, les antibiotiques perdent leur efficacité contre des souches bactériennes ayant développé une résistance à ce type de traitement, ce qui est particulièrement ennuyant dans le cas d’infections graves. La tendance est donc d’en diminuer l’usage le plus possible.

Source: Little P, Gould C, Williamson I, Moore M, Warner G, Dunleavey J. Pragmatic randomised controlled trial of two prescribing strategies for childhood acute otitis media. BMJ. 2001 Feb 10;322(7282):336-342.  

D’autre part, on croit que l’usage inconsidéré des antibiotiques empêche une maturation suffisante du système immunitaire et est un des facteurs de l’augmentation spectaculaire du nombre de personnes souffrant d’allergies et d’asthme depuis une trentaine d’années. (idem à 11) 

Note : Les antibiotiques sont surtout employés pour réduire le risque que l’otite évolue vers une complication, rare, que sont la mastoïdite ou la méningite. C’est d’ailleurs la raison générale pour laquelle les antibiotiques sont prescrits pour traiter les otites. On craint ces complications qui pourtant ne surviennent que chez très peu d’enfants, et seulement quand l’otite elle-même persiste avec infection réelle au delà des délais normaux, -notons qu’une otite normale peut durer entre 7 et 14 jours.   De nombreuses choses peuvent être faites pour soutenir le corps dans son processus de guérison… Les connaissez-vous?

16 mai, 2008

Mon salaire caché de la semaine

Classé dans : Santé familiale et sociale globale,Vie quotidienne — lejardindejulie @ 21:50

Je pense que les mamans (et les papas) à la maison devraient être payés pour le travail qu’elles et ils font. Si je décidais demain matin d’envoyer mes 2 plus jeunes à la garderie à 7$, dès demain matin le gouvernement s’occuperait de débloquer une subvention instantanée qui représenterait environ 25$ par jour par enfant ( qui est la portion donnée à la garderie pour ses services par le gouvernement, auquel s’ajoute le 7$ donné par les parents) , soit environ 50$ par jour pour les 2, donc 250$ par semaine, ou encore 1000$ par mois pour mes deux bambines.

AHHH!

Bien sûr, moi je ne peux pas toucher à ce montant, et pourtant je travaille bien fort.

Mais… QU’À CELA NE TIENNE!

Cette semaine j’ai calculé mon salaire caché:

En cuisinant moi-même 4 pains de farine biologique et entière, qui nourriront ma famille pour environ une semaine, j’ai dépensé environ 4$ pour les 4 plutôt que 4$ par pain du commerce, ce qui veut dire que j’ai gagné 12$ en 1 heure de travail.

En allant à la friperie pour le linge d’été qui nous manquait, j’ai trouvé:

Pour MF (8ans) 

1 paire de sandales Brooks neuves pointure parfaite, un manteau jamais porté Point Zéro, une jupe longue Point Zéro très belle, une jupe jeans plus courte, un short style plage, des gougounes de plage neuves avec une grosse fleur jaune entre les orteils,

Pour FL (6 ans)

une robe superbe rouge à fleurs jaunes, et des shorts en jeans avec de belles poches

Pour M-É (4ans)

1 paire de chaussures de qualité neuve (pour remplacer celles qui ne fesaient plus), un manteau de printemps fort joli (pour remplacer celui qu’on a perdu au Forum social), des shorts en coton, une jupe brodée et travaillée en jeans, une robe rose, une camisole rayée cute, une autre camisole avec personnages drôles, shorts de plage neuf,

Pour bébé (14 mois)

Un maillot de piscine Kooshies, un chapeau pour le soleil, un T-Shirt,

Pour le bébé de mon amie qui n’est pas encore né: deux pyjamas de bébé, et une belle doudou en coton

Pour moi: un magnifique paréo tout neuf, et un chandail d’été avec broderies qui s’attache en boucle dans le dos (très beau!)

Tout cela pour 90$, autrement dit, si j’avais acheté neuf dans un magasin pas trop cher comme l’Aubainerie et des sandales moyennes à 35$, j’aurais pu dépenser au delà de 400$ pour trouver l’équivalent de ces items, autrement dit j’ai gagné la somme de 310$ en 2 heures de fouinage à la friperie.

Puis j’ai aussi soigné la fièvre et la toux grasse de bébé par des tisanes, une alimentation immuno-stimulante, et beaucoup de dodo dans mon dos (dans l’écharpe), ce qui veut dire que sans faire attention elle aurait peut-être eu besoin d’antibiotiques, donc j’ai dû gagné là peut-être quoi, 25$ ?

Et si cette semaine je trouve du temps pour couper un peu les cheveux de M-É moi-même, plutôt que d’aller à la coiffeuse, je viens de gagner un autre 15 à 20$ pour 30 minutes de travail.

Bien sûr je peux aussi compter le temps que je mets à construire moi-même mon jardin, puisque je l’ai de libre avec les enfants, plutôt que de devoir engager quelqu’un pour le faire à ma place… j’y gagne combien, 100$ pour ma semaine de bêchage?

Je pourrais ajouter aussi le paquet de couches jetables que je n’ai pas acheté, les serviettes humides que je n’ai pas acheté, les boîtes de Pablum qui ne figurent pas dans mon épicerie, parce que je cuisine moi-même, lave mes couches et lingettes lavables moi-même… j’ai dû économiser un bon 20$ au minimum pour cette semaine en à peine 20 minutes de mon temps en tout et partout pour l’entretien…

Ah, aussi, je n’ai pas acheté de produits ménagers pour nettoyer ma maison, car j’utiliser vinaigre, eau, bicarbonate, … en un mois je dois bien gagner 10$ de cette façon!

Et parce que j’utilise la Diva Cup lors de mes règles, j’ai gagné certainement un bon 10$ juste cette semaine.

Faisons le calcul… cette semaine, mon salaire s’élève à ….  plus de 490$ !!!  Pas si pire, tout de même!!!!

Et bien sûr je ne calcule pas le fait de ne pas avoir de 2ième voiture pour aller travailler, les repas minutes par manque de temps de cuisiner si je travaillais, le fait de devoir faire garder les enfants, etc.!!!

 

12 mars, 2008

Asthme, antibiotiques et superbactéries

Classé dans : Santé familiale et sociale globale — lejardindejulie @ 10:07

Je viens de tomber sur un bonne information en cherchant autre chose au sujet des otites…

«Les enfants qui recoivent plus de deux traitements aux antibiotiques au cours de la première année de leur vie courent quatre fois plus de risques de développer de l’asthme».  Ce sont des chercheurs de l’Université d’Antwerp en Belgique qui ont en effet découvert l’existence de ce lien pour les enfants qui vivent dans les familles où il y a des antécédents divers d’allergies (alimentaires ou autres).  On y dit aussi que les antibiotiques créent des problèmes intestinaux qui mènent éventuellement au syndrome de «perméabilité intestinale», où des particules de nourriture non digérés s’infiltrent dans le flux sanguin par les endroits fragilisés de l’intestin endommagé et cela mène à des réactions d’allergies, puisque cela est anormal pour l’organisme.  

Chemin fesant, la guerre que nous déclarons aux bactéries avec nos push-push antibactériens, nos savons à vaisselle et à mains antibactériens au triclosan, le détersif, même des jouets pour enfants en plastique et des tablettes de chaise haute en plastique contiennent des agents antibactériens, et tant de savons et crèmes pour la peau, est en train de devenir vraiment compromettante!

Car les bactéries étant des êtres vivants étonnament compexes, ils réagissent à cette attaque! Et se renforcicent… petit à petit. C’est ce qu’on appelle la résistance! Et c’est ainsi que naissent les Superbactéries, Par exemple, la bactérie E. Coli, bien connue, est attaquée à grands renforts avec ce fameux triclosan. Bien en fait, ce produit n’attaque qu’un seul gène de cette bactérie. Et saviez-vous que la tuberculose possède ce même gène, elle aussi?

Autrement dit, les chercheurs pensent qu’il est fort possible que notre usage intensif de triclosan mène à l’apparition d’une souche de tuberculose qui serait résistante… aux antibiotiques. C’est sérieux!

Autre fait: l’usage abusif des antibiotiques a directement mené à des bactéries résistantes aux dits antibiotiques. À ce jour, il existe même des «superstaphylocoques» ainsi que 4 souches de pneumonies résistants à l’antibiotique le plus puissant que nous ayons, la vancomycine. Et cela c’est sans parler de toutes les bactéries qui deviennent résistantes à la pénicilinne. La réalité c’est que nos armes deviennent de moins en moins efficaces… et les bactéries de leur côté sont de plus en plus fortes et résistantes.

En attendant, bien on nous conseille de se souvenir que l’eau et le savon ordinaire font très bien le travail pour contrôler la propagation des bactéries. Et on nous suggère de changer notre façon de penser et de nous fier à notre système immunitaire pour combattre les bactéries, «comme cela a été prévu»… depuis bien longtemps! Et cela est bon pour bien des maladies également. Plus encore, bien de ces maladies vont agir positivement sur le corps… (mais ce sera l’objet d’un autre article!)

En prenant soin de ce beau système immunitaire, je pense qu’on se fait un bien beau cadeau!

Mais là je vais arrêter… loin de moi l’envie de vous étourdir avec mes propos!

Source: «Un système immunitaire en santé; des traitements naturels scientifiquement prouvés pour les maladies» Lorna R. Vanderhaeghe, Éd. Ada, 735 pages.

 

Les zums |
Blog de MARILOU |
Anne, Sébastien, Clément, C... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenaik
| bachir2008
| ma vie