Le jardin de Julie

Bien grandir sur une planète magnifique…

16 février, 2010

J’ai décidé de… savoir.

Classé dans : Non classé,Vie quotidienne — lejardindejulie @ 22:45

Voici une petite bribe merveilleuse de Marie-Pier, d’un «Matin magique» préféré de novembre…

image étoile

… « Comme je vous le disais hier, j’ai été très attristée d’avoir égaré mon appareil. Cela dit, une fois le choc initial passé, j’ai fait ce que je fais maintenant presque naturellement lorsque je vis une déception… J’ai décidé de croire – ou plutôt, de savoir – que c’était une bonne chose. Oui, je me suis vendu l’idée que tout était pour le mieux. Et j’y ai cru… Non pas seulement avec ma tête, mais complètement, sincèrement, et avec tout mon être. J’ai tenu pour acquis qu’il y avait un trésor pour moi dans cet événement et, même si je ne voyais pas encore les pépites d’or scintiller, je suis restée dans l’expectative d’un merveilleux dénouement – sans être attachée aux détails précis du résultat. Voici un mantra que je me répète souvent, lorsque les choses ne vont pas comme je l’aurais voulu: «Je suis bien curieuse de découvrir en quoi cela s’avère une bonne chose pour moi…» Et le plus important est que, comme je le disais, j’y croie. Au point où je ressens même une certaine joie.

image étoile

Je choisis d’avoir cette attitude pour deux raisons. Premièrement, on ne peut jamais être sûr à 100 % qu’une «mauvaise nouvelle» est véritablement mauvaise. Personne ne peut savoir ce qui en découlera. Qui sait, la perte de mon appareil aurait pu sauver une vie… Imaginons qu’une personne s’apprête à avoir un accident de voiture, mais que son départ est retardé d’une minute lorsqu’elle s’enfarge dedans. Vraiment, qui sait? Il y a donc cet aspect d’imprédictibilité (wow, quel mot!)… Mais il y en a un autre, aussi, encore plus important: même si on pouvait être certain que l’événement prend racine dans quelque chose de «négatif», on a toujours le pouvoir de tout changer – comme la terre transforme l’engrais en nourriture pour notre potager. Complètement, à tout moment, sans avoir de prix à payer ou de croûte à manger.

«La tendresse est plus forte que la dureté, l’eau est plus forte que le rocher, l’amour est plus fort que la violence.»
– Hermann Hesse

                                     Merci beaucoup, Marie-Pier!

Vous pouvez vous abonner gratuitement aux matins magiques de Marie-Pier :-)

15 novembre, 2009

Les fêtes, la Saint-Martin et de la construction :-)

novembre2009saintmartine.jpg  Les fêtes qui défilent tout on long de l’année sont des occasions merveilleuses pour la création de petits rituels familiaux. Les rituels sécurisent les enfant (pensons rituel du dodo), les nourrissent, les aident à passer au travers certains mauvais moments ou encore les accompagnent gaiement dans la joie d’attendre et de patienter avant le grand jour… Les rituels créent véritablement des empreintes fortes de joie et de bonheur chez les enfants qui resteront en eux pour tout leur vie ensuite.

Les fêtes offrent aussi un rythme important aux enfants. Pensons aux fêtes principales que sont Noël (fête de l’hiver), Pâques (fête du printemps), la Saint-Jean Baptiste (fête de l’été) ainsi que l’Halloween (fête de l’automne). Elles sont des pivots importants du rythme annuel qui se joue à chaque année et qui aident les enfants à se situer dans le temps. Ces fêtes offrent aussi l’occasion de remercier Dame Nature pour tout ce qu’elle nous permet d’être et tout ce qu’elle nous offre…  Il est sain de cultiver cette reconnaissance dès le plus jeune âge chez les petits!   Vous pouvez lire un bel extrait d’un ouvrage précieux intitulé «Fêtes et rituels : célébrer les passages de la vie, par France Paradis, publié par les éditeurs du « Magazine Enfants Québec » (collection Enfants Parent guide).                                        

Entres ces fêtes primaires, existent cependant aussi toute une panoplie de petites fêtes et de célébrations, peu importe la culture dont nous sommes issus.

Le 11 novembre, par exemple, c’est la fête de Saint-Martin.

 

Né en l’an 316, ce garçon était un être très serviable, toujours attentionné pour son prochain. Il a beaucoup aidé les pauvres pendant sa vie. Par un soir d’hiver neigeux et venteux, il est arrivé sur son grand cheval, et a coupé de son épée son grand manteau rouge en deux moitiés, l’une pour lui, et l’autre pour un mendiant qui mourrait de froid. Cette fête rappelle l’importance de la générosité et du don de soi. L’image de Saint-Martin sur son grand cheval qui partage avec l’homme laisse plus de traçe dans l’imaginaire et l’inconscient d’un enfant que des explications. Il est tradition de fabriquer des lanternes et de défiler dans les rues à la tombée de la nuit en l’honneur de ce brave Saint-Martin. C’est un moment grandiose et spectaculaire qui est vécu dans les écoles Waldorf également, où tous les enfants défilent, leurs petites lanternes illuminées à la main, accompagnés de leurs parents et de chants joyeux. Ces lanternes ont aussi comme symbolique la lumière, que l’on porte toujours sur soi même dans la plus grande des noirceurs.

activitesstmartinlanternesphoto1grandformat.jpg

Cette fête est donc un moment parfait pour travailler en famille à s’entraider davantage, à penser aux autres, à ce qu’on peut faire pour aider les gens plus démunis que nous. Les enfants pourraient en profiter pour offrir des jouets qu’ils n’utilisent plus à la caserne de pompier, afin qu’ils soient redistribués aux petits moins chanceux. Avec les enfants plus vieux on peut aussi profiter du moment pour leur raconter la vie de célèbres généreux tels que Gandhi ou Mère Thérésa. Chez moi nous avons lu l’histoire de Saint-Martin dans un livre merveilleux pour l’introduire de façon colorée aux enfants dès l’âge de 3 ans qui s’intitule:

«Le grand manteau de Saint Martin», aux éditions Nord-Sud. saintmartin.jpg

Puis nous avons fabriqués nos lanternes en utilisant des pots masson de 500 et 1000 ml, en réalisant une sorte de vitrail à l’aide de papier ciré coloré et de colle «Mod Podge», vendus entre autres chez Omer de Serres. Nous avons ensuite traçé des motifs de Saint-Martin sur du carton noir afin de faire un effet d’ombre chinoise.

novembre091f.jpg Lanterne de M-É, 5 ans.

Pendant la semaine nous avons également lu le conte des frères Grimm’s intitulé «L’argent du ciel». Vous trouverez ce conte en version intégrale ainsi que d’autres fabuleuses informations sur cette fête ici, issues des activités pédagogiques de l’école primaire de la Roselière, à Chambly.

novembre2009saintmartinb.jpg

  

novembre2009saintmartinc.jpg

dessins à la cire d’abeille par FL, 8 ans

novembre2009saintmartind.jpg

oeuvre de MF, 10 ans

Nous avons réunis tous nos amis et avons fait une marche aux lanternes qui s’est avérée vraiment agréable, un beau moment et une magie incroyable dans les yeux illuminées des enfants devant leurs petites chandelles.

 novembre2009saintmartin1e.jpg

novembre2009saintmartin1b.jpg

Puis changement de sujet, voici enfin la maison que MF (10 ans) a choisi de construire pour conclure son bloc sur les habitations humaines. Après avoir appris comment vivent les êtres humains sur la planète, dans des maisons et habitations de toutes sortes, après avoir réfléchi sur ce que nécessite la construction d’une maison au point de vue matériel et ressources humaines, après avoir découvert tous les métiers et habiletés nécessaires pour y arriver (électricien, menuisier, plastreur, plombier, etc.) c’était le moment de construire. Elle a choisi la maison du Paraguay, construite en argile véritable et en bambou pour la cuisine. Cette maison possède un plancher de terre battue et un four-foyer à l’intérieur de la maison. C’est une maison qui surchauffe facilement, c’est pourquoi la cuisine est ouverte vers l’extérieur. Les poules entrent et sortent de la maison à leur volonté. Elle n’a que deux lits, un pour les parents, et un pour les enfants.

novembre091b.jpg

 

novembre091a.jpg Vue à l’intérieur de la cuisine du coin de cuisson.

1 août, 2009

Balade à la Chute aux Galets

Classé dans : Non classé — lejardindejulie @ 22:45

…Chute aux galets… 

012.jpg

010.jpg

015.jpg

013.jpg

016.jpg

 017.jpg

019.jpg

021.jpg

020.jpg

Les enfants ont pu courir dans les sentiers de la montagne, se sont baignés à même la rivière, ont joués dans la cascade et explorés les rochers troués…  tout cela avec de bons copains pour rigoler… Vive l’été!

Destination Nor’Ouest II

Classé dans : Non classé — lejardindejulie @ 22:31

053.jpg   J’aimerais partager un trip…

Je viens de terminer le visionnement de la série Destination Nor’Ouest II , une série télévisée sur TVA, véritable documentaire d’aventure qui, par un regard audacieux, suit dix participants qui partent pour une grande aventure, à bord d’un canot d’écorce et habillés comme les Voyageurs en 1793, pour suivre l’itinéraire, sur 1600 km à pied et à contre courant et en 74 jours seulement, de l’explorateur Alexander Mac Kenzie dans les plus tordues et dangereuses rivières de l’ouest canadien, aux côtés des ours, sous les éléments, dans les rocheuses, avec du matériel réduit au minimum comme les voyageurs de cet époque. Ils doivent survivre dans des conditions pénibles, portager avec des ballots de 100 lbs mouillés sur leurs épaules, sur des centaines de kilomètres de nature sauvage, traverser des rivières boueuses à pieds, affronter des barrages de castors avec un canot de 700 lbs à transporter… Et apprendre à vivre ensembles et à coopérer (ce qui sera un véritable défi pour certains) afin de rendre ce défi immense possible.

Fabuleux et réellement étonnant!

Ces 10 participants ont vraiment eu du coeur au ventre et les regarder se débrouiller et user de toutes leurs ressources fut pour moi la source de beaucoup de réflexions…

Aller au bout de soi,

Puiser au plus creux de soi-même l’énergie pure qui nous constitue,

Cette force fondamentale vitale,

Cette vie à l’état nature.

Je pense que l’être humain a ce besoin précieux d’accéder à cette source magnifique qui coule en lui…

Et je pense que les rites et rituels jouaient ce rôle autrefois et encore ailleurs, de pousser les individus vers la découverte de cette source intérieure magique. En devant tellement se dépasser, en quittant notre zone de confort et en plongeant vers l’inconnu où nécessairement il y a une déchirure et une adaptation à faire et où en plus, le corps physique est soumis à des tensions et à des épreuves qui à prime abord lui paraissent insurmontable, je  crois qu’il y a là une expérience fabuleuse de vie. L’accouchement dont je vous parlais précédemment en est d’ailleurs un exemple parfait.

Peut-être que de telles expériences permettent de nourrir cette soif de la quête infinie de sens à nos vies, de sens à notre indivualité.

Peut-être qu’elles offrent, comme le troc des voyageurs, des biens  précieux en échange de tous ces efforts…

        Moi j’ai toujours eu envie de voyager. Et maintenant plus que jamais! Je trouve même que nos expériences de camping sauvage en famille, avec le matériel réduit et sous la pluie avec 4 enfants, sont une version courte, légère comparativement à de telles expéditions mais quand même intéressante, de ce genre d’expérience vitale. Ca me fait penser à d’autres trips comme ca que j’ai eu la chance de vivre… Le camping sauvage de mes étés d’enfance, ou encore à 14 ans une fin de semaine de spéléologie, dans l’eau, sous la terre, au froid… Comment je me sentais forte après! Et à une fin de semaine de camp de cadet, à 15 ans, au grand froid dehors dans la grosse neige… C’était difficile, mais je me rends compte maintenant à quel point c’était nourrissant! Comme quoi le confort n’est pas nécessairement un chemin qui mène à la vertue… et comme quoi les humains ont toujours le même besoin vital d’être compris, écouté, entendu, soutenu.

La coopération est définitivement le pavé de ce chemin-là.

Destination Nor’Ouest II est présentement disponible sur Canal Illico, vidéotron (Québec)

                                                                              

 

 

20 juillet, 2009

Le Premier Cri

Classé dans : Non classé — lejardindejulie @ 22:27

Je viens de terminer le visionnement d’un film spectaculaire: Le premier Cri, réalisé en 2008.

filmlepremiercri.jpg

Je me sens vraiment très émue, très touchée par cette histoire incroyable qu’est la Vie.

film3.jpg                      film5.jpg                film4.jpg                     film2.jpg                                                          film6.jpg

 

Ce film accompagne, par un 24 heures d’éclipse solaire complète, des femmes de tous les continents au travers cette expérience toujours intense qu’est la naissance de leurs bébés… Sur le sable chaud, dans la hutte, dans un hôpital du Vietnam où naissent 45 000 bébés par année, dans l’eau avec les dauphins, dans une petite commune loin de tout, dans les profondeurs de l’amazonie…

Je ne peux qu’être bouché bée devant leur grandiose force,

leur courage et leur résilience à accepter que la vie est plus forte que tout et qu’elle est aussi la mère sacrée de toutes les mères…

Mais qu’est-ce qu’il y a au fond de nous les femmes pour arriver à produire un miracle aussi géant?

 

 

 

 

 

 

 

19 juillet, 2009

Medley d’été

Classé dans : Non classé — lejardindejulie @ 20:47

41.jpgL’été file à grande vitesse…

Il y a les samares merveilleuses qui m’inspirent et les tomates qui commencent à pousser, ma petite boutique à entretenir, les rénos qui se poursuivent, les enfants qui courent dans tous les sens, les visites géniales de nos copains, les soirées du tonnerre qui me rappellent combien la vie est belle et les amis précieux et aussi tout le train train quotidien… je me demande parfois comment j’y arrive mais en tout cas j’aime !

Et j’ai envie plus que jamais d’écrire. J’ai toujours écris énormément, je ne sais plus combien de cahiers, d’essais, de poèmes et de recueils s’empilent dans une boite spéciale que je réserve… Écrire me vient de ma mère, qui est une écrivaine exceptionnelle et qui sait toujours témoigner exactement l’essence d’une pensée. J’aurais bien envie de m’évader à quelque part, dans une petite maison de campagne, et écrire… Là vous auriez certainement beaucoup de choses à vous mettre dans les yeux sur ce blog! hihihi et je pourrais vous raconter tout ce qui m’inspire ces temps-ci! Et j’en profiterais aussi pour peindre, un autre de mes plaisirs pour lequel je n’ai que trop peu de temps à y consacrer depuis les dernières années.  En attendant de vous en raconter plus je vous laisse sur quelques images d’été…

merci d’être là!

 

252.jpg

401.jpg

5.jpg

3.jpg

1a.jpg

301.jpg

221.jpg

 

231.jpg

 

 

7 juillet, 2009

Classé dans : Non classé — lejardindejulie @ 23:43

 Un défi: une fin de semaine de vélo-camping avec 4 enfants de 2 à 10 ans, sous la pluie, avec un strict minimum de matériel, vers le grand lac bleu.

Après 2 bonnes journées de préparatifs, nous étions prêts à partir avec une joyeuse bande de collègues-amis de mon conjoint et leurs enfants.

Départ officiel: 14h00, après la pause biscuits et expresso :-)

Arrivée prévue: 15h00

 

9.jpg 

Nous avions 4 km de vélo à faire pour se rendre à l’emplacement, et nous avions 4 voyages de baggages à faire (sous la pluie) pour tout apporter…  Les enfants ont pédalés leur 4 km sans trop de difficultés. Papa et maman ont fait chacun 12 km avec une charge importante à traîner seulement pour transporter les effets.

10.jpg

Vers les 19h00, tout était installé. Les enfants ont exploré la plage et la petite mer intérieure…

12.jpg

C’était de toute beauté…

Grand lac majestueux, entendre le flot pressant des vagues,

sentir le vent frais, marcher dans le sable épais et mouillé…

Voir à l’infini,

Vide

Calme

Ca fait se sentir fort!

11.jpg

33.jpg

131.jpg

Les enfants ont eu des tiges lumineuses pour jouer dans le noir avec leurs copains et on a été fascinés; vous testerez ceci:

Quand on agite rapidement le tige, il se forme une ombre jaune qui suit à environ une seconde de délai derrière. On ne la voit pas sur cette photo, et peu importe la couleur de la tige (jaune, vert, bleu, orange, mauve…) l’ombre qui suit à retardement est toujours jaune. C’était vraiment trippant à regarder.

16.jpg

14.jpg

Le lendemain matin, les enfants ont joué à prendre des photos… 

18.jpg 

23.jpg

Il y avait vraiment une tonne de bibittes et les foulards de soie ont été utiles comme barrière à moustiques!

 191.jpg

Il a bcp plus toute la matinée alors nous avons décidés d’aller se baigner sous la pluie…

Le lac était glacial! Quel tonique matinal!

La plage noire composée de beaucoup de fer était un réel plaisir pour les mains; en effet le sable est à la fois lourd, malléable, collant et doux… ce qui a émerveillé les enfants.

241.jpg   28.jpg

  251.jpg    271.jpg Et finalement le soleil  a fini par sortir! Un petit peu!!!

M-É et moi sommes parties en excursion toutes seules toutes les deux vers le km 5 et nous avons entendus chanter les grenouilles et aussi suivi des pistes de pas d’orignal qui longeait la petite route, traversant une forêt de bouleaux magnifique. Nous nous sommes aussi arrêtées plusieurs fois car M-É voulait sentir des fleurs… Il y en avait d’ailleurs partout!

29.jpg

32.jpg

26.jpg

 30.jpg

36.jpg

37.jpg

35.jpg

201.jpg

40.jpg

38.jpg

Puis vint le packtage de retour… Un autre 12 km de vélo chargé pour les parents, les enfants ont refais leur 4 km de vélo de retour…

 Finalement on aurait vraiment dû rester plus longtemps… 2 Nuits c’est vraiment trop court… C’était la première fois qu’on allait camper aussi peu de temps. Moi j’aime beaucoup prolonger ce plaisir de l’été… J’y serais restée encore une bonne semaine! Et facilement plus! Cet endroit est vraiment paradisiaque! Je me vois vraiment habiter un petit coin un peu reculé, vivre simplement et en harmonie avec la nature… Parmi les vagues, les oiseaux, les arbres grands et forts, les pistes d’animaux,

 et des fleurs sauvages partout!

sur le rebord de ma fenêtre,

sur ma table de chevet,

comme signet dans mes lectures enivrantes,

dans mes cheveux emmêlés,

et sous mes orteils nus marchant dans la rosée…

 

                                             

                                                      

 

28 mars, 2009

Il était une fois…

Classé dans : Non classé,Pédagogie Waldorf,Vie quotidienne — lejardindejulie @ 8:54

 

Il était une fois,

 Loin loin loin dans la forêt, une jeune princesse qui vivait dans une tour qu’elle aimait beaucoup car de là, elle pouvait y regarder voler les oiseaux et regarder les passants. Parfois elle allait aussi au bal. Alors elle se préparait longuement et enfilait sa plus belle robe, ses souliers chics et ses petits bijoux. Quand j’y pense, je dirais que c’était son activité royale préférée!

Son petit ami, un courageux et charmant chevalier, aimait beaucoup ranger son cheval et son épée pour partager une danse avec la princesse.

Et bien sûr nos amis étaient très choyés, car il avaient des amis dans le royaume toujours prêts à les aider et toujours là pour s’amuser!

 

28.jpg

25.jpg

26.jpg

dbutetmimars09238.jpg

27.jpg

29.jpg

25 mars, 2009

Le rituel de l’anneau et de l’histoire de fête

Classé dans : Cododo,Non classé,Table de nature,Vie quotidienne — lejardindejulie @ 9:14

Après la grisaille de la fin de l’hiver, vient le chant des oiseaux…

Nous avons célébré le deuxième anniversaire de notre 4ième petite chouette. Pour l’occasion nous avons recréé la scène du moment de sa naissance sur notre table nature, ce si beau jour où je l’ai tenu dans mes bras pour la première fois. L’arc rouge venant de l’arc-en-ciel géant permet aux enfants de bien symboliser la venue au monde que l’on raconte en utilisant la tradition allemande, l’histoire de fête, qui sert à raconter aux enfants leur histoire de naissance mais d’une manière toute spéciale. En anglais on utilise l’appellation «Rainbow bridge story», ce qui veut dire le conte du pont de l’arc-en-ciel… Reprise dans l’éducation Waldorf, et selon la tradition, le pont de l’arc-en-ciel est utilisé comme une image solide pour représenter la naissance de l’enfant. Ainsi avant (pendant la grossesse) on parle de lui comme étant un petit être aux qualités particulières (celles que l’on connait de l’enfant), qui peut-être dansait dans les nuages, ou cueillait des fleurs, ou courait très vite d’une étoile à une autre. C’est intéressant d’imager cette période si mystérieuse de la vie, la création d’un être, avant il n’était pas, et puis il existe… Quand on s’y arrête vraiment, n’est-ce pas que c’est impressionnant et particulier? Pour les petits enfants le côté «scientifique et physique de la rencontre d’un spermatozoide et d’un ovule ne veut pas dire grand chose et n’arrive pas réellement à expliquer d’où on vient. Mais créer une histoire magique où l’on donne toute la place à cette petite personne, en utilisant des images toutes belles et nourrissantes pour raconter, cela laisse une trace solide de venir de quelque part, d’être quelqu’un d’important et unique.  Puis il viendra au monde, chevauchant cet arc-en-ciel qui le guidera dans les bras de ses parents… Il le fera à sa manière (et on utilise les qualités qui auront pimenté ce moment grandiose! Une naissance rapide? Il aura couru à grandes emjambées sur cet arc-en-ciel… Une naissance lente et laborieuse? Il prenait son temps et admirait avec beaucoup de plaisir les couleurs magnifiques qui coloraient ses pas…) 

Cette histoire peut être construite à la façon d’un album pour enfants et conservée d’années en années, en y ajoutant à chacune des fois le petit bout relatant l’année passée…

Je vous invite a fouiller dans la catégorie «table de nature» pour en voir plus!

Donc voilà… pourquoi il y a un arc sur notre table de nature de fête pour RL!

 47.jpg 

43.jpg

 44.jpg 40.jpg

Nous avions également sorti l’album de bébé, et garni la table de ses photos à elle… Son histoire, nos souvenirs… Ses soeurs ont eu beaucoup de plaisir à se remémorer tout plein de petites choses…   On a donc fêté son anniversaire en toute simplicité, en famille. Les soeurs ont offert des cadeaux tout pensés par elles. MÉ (5 ans) a offert son toutou préféré, celui avec lequel elle dort à tous les soirs… Les deux grandes ont aussi offerts des petits toutous favoris, leurs préférés. C’était touchant! Et sa grande surprise fut un tout petit lit pour elle avec une magnifique catalogne tissée à la main dans la région pour elle.

Nous avons placé ce petit lit tout à côté du nôtre… Puisqu’elle partage toujours l’espace dodo avec papa et maman, nous avons pensé qu’il serait peut-être trop radical de la sortir de la chambre en même temps que du lit. Mais…

Aussi mignon qu’il était, ce lit n’a pas su suscité aucune joie! RL a passé devant en détournant le regard, et 20 jours plus tard n’a toujours pas manifesté de désir de l’essayer. Elle aime tellement dormir toute collée avec nous… Et nous aussi nous apprécions… Faut dire que notre grand lit King le permet… mais quand même, ce sera bien de retrouver notre zone à nous! Bientôt peut-être… ?

 

8 mars, 2009

Vivre la cohérence cardiaque

Classé dans : Aux petits soins verts,Non classé,Santé familiale et sociale globale — lejardindejulie @ 16:23

Je voulais vraiment vous parler de cette fabuleuse découverte que j’ai réalisée en décembre 2008. C’est d’abord ma mère qui m’en a parlé, car les récentes découvertes ont amené plusieurs diffusions dans les médias avant les Fêtes. Une découverte sensée rapporter le contrôle sur son coeur, le contrôle sur notre vie. C’est bien vrai… Le coeur, il a une grande responsabilité. On va dire qu’on a mal au coeur, qu’on a le coeur gros, qu’on a le coeur serré, qu’on a le coeur qui chavire ou encore qu’on a le coeur brisé.  Bien c’est maintenant prouvé! Notre coeur s’emballe et se déballe, et dans sa vie agitée, il s’y perd lui-même.

Qu’est-ce qui se passe alors?

Les battements de notre coeur deviennent légèrement irréguliers. Les intervalles entre chaque battement oscillent et varient, pas nécessairement assez pour qu’on s’en rende compte soi-même, mais sur un tracé cardiaque, ca devient alors évident. 

Cela envoie le message au cerveau qu’il se passe quelque chose, qu’il y a un danger, alors le cerveau nous inonde de cortisol, une hormone utile pour nous défendre, pour protéger notre survie. On devient dès lors stressé, on guette, on se déconnecte de notre être pour surveiller, être efficace.

À son tour le cerveau envoie des messages au coeur qui le font battre plus rapidement, plus irrégulièrement. Les sensations augmentent. Comme le coeur est stressé, ses battements deviennent ce qu’on appelle «chaotiques».  On ne s’en rend pas forcément compte. Quand c’est très fort on parlera d’arythmie carrément.

Le coeur renvoit un message d’alerte au cerveau. Et c’est la roue qui tourne. S’en suivent toutes sortes de symptômes reconnus:

stress, anxiété, dépression, malaises, palpitations, insomnie, maux de toutes sortes…

La cohérence cardiaque, c’est la technique de gestion du stress reconnue dans le monde médical comme étant la plus performante actuellement.

C’est le moyen de ramener la cohérence coeur-cerveau, autrement dit l’équilibre entre les deux moteurs essentiels de notre être.

Elle est connue depuis de nombreuses années mais on a commencé à en entendre plus parler en décembre dernier, car les scientifiques l’ont mis à l’épreuve efficacement en ce qui concerne aussi la gestion et la perte du poids.

Précédemment, cette méthode éprouvée avait été révélée au grand public par le Dr David Servan-Schreiber dans son best-seller Guérir. Grâce à elle, des centaines de personnes ont déjà retrouvé la ligne et l’équilibre.

david.png

Guérir

Docteur David Servan-Schreiber

( A étudié la médecine et la psychiatrie, puis il s’est tourné vers la recherche fondamentale en neurosciences cognitives. Il est ensuite revenu à la pratique clinique tout en poursuivant ses travaux sur la neurobiologie des émotions. Après 20 ans au Canada et aux É.-U. il a contribué à fonder puis diriger le centre de médecine complémentaire de l’université de Pittsburgh)

Editions Robert Laffont & Pocket

La technique permet d’apprendre simplement et rapidement à contrôler votre rythme cardiaque par la respiration. Lorsque le cœur bat en cohérence avec le cerveau, s’ensuit une cascade démontrée scientifiquement d’événements hormonaux, neuronaux, biochimiques : le stress diminue, les émotions sont mieux gérées et le comportement alimentaire se régularise.
 

SourireComment faire???Sourire

Il suffit de respirer à une cadence rythmée et régulière de 6 respirations par minute, pendant 3 minutes. 

C’est vraiment facile. Déjà après quelques respirations on se sent détendu. Après 3 minutes c’est l’état «zen». Pratiquée régulièrement (3X par jour) elle fait diminuer radicalement les palpitations cardiaques, les maux de dos, la dépression, l’anxiété, le stress, les maux de tête, les rages alimentaires, elle active le métabolisme qui devient «en contrôle» de lui-même. On ne se sent plus «dépassé» par les événements et le stress semble nous couler dessus, sans nous atteindre. On devient en contrôle fondamental de notre être. Je l’ai testé, et c’est vraiment ce qui se passe! Mais il faut être constant dans la pratique.

Je vous invite fortement, afin de comprendre toute l’amplitude de ces découvertes, à regarder les quatre petits vidéos où Mr. Servan-Shreiber explique lui-même qu’est-ce que c’est du point de vue plus scientifique et «médical», puis met en pratique avec une patiente cette technique fort simple. Cliquer ici, ca envaut vraiment la peine!

http://www.emnergie.com/coherence/ressources/videos/videodss/index.html

Et voici un lien rapide pour le graphique d’une vague, à suivre les premières fois où vous tenter l’expérience. Il suffit de respirer en suivant la petite boule qui monte et descend la vague. Rien de plus simple… 

http://coherencecardiaque.ca/cohcar/guide/index.html

À vous maintenant de surfer sur les vagues!

À vous d’opter pour le chaos… ou la cohérence!

:-)

12
 

Les zums |
Blog de MARILOU |
Anne, Sébastien, Clément, C... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenaik
| bachir2008
| ma vie