Le jardin de Julie

Bien grandir sur une planète magnifique…

21 juin, 2008

Classé dans : Poésie,Vie quotidienne — lejardindejulie @ 23:57

15.jpg 

Beau regard neuf sur la  vie…..

J’aime le brillant de tes yeux,

la lumière de ton âme pur qui parait,

comme les rayons du soleil au travers la pluie,

et s’offre à nous spectateurs chanceux,

en un spectacle si divin… 

 

 

 

 

Soigner naturellement les otites… c’est possible!

Classé dans : Non classé,Santé familiale et sociale globale — lejardindejulie @ 23:22

photosacha002.jpg

(Note: De nombreux ajouts ont été faits dans cet article afin de le rendre encore plus complet. Il est certes un peu long, mais je vous recommande de le lire en entier car il contient beaucoup d’informations importantes. Cependant, vous pouvez commencez par le protocole aux oignons immédiatement et revenir plus tard pour lire la suite… une fois que votre enfant se sentira mieux!)

  Toutes ces belles découvertes sur les oreilles en particulier ont commencé il y a environ 10 ans, alors que l’un des enfants d’une de mes grandes amies souffrait d’otites à répétition, et donc, devait consommer des antibiotiques, aussi à répétition. Cet enfant n’étant âgé à peine que d’un an! Et déjà elle était habituée à aller attendre à la clinique pour repartir avec sa maman tenant une prescription dans les mains.  Je me suis mise à chercher… Et mon amie aussi.

Et nous avons mis au point un petit «mode d’emploi» qui s’est avéré très efficace dans plus de  98% des cas. Si j’essaie de faire un compte réaliste, personnellement dans nos familles, et de bouche à oreille à nos amis aussi, des cas que nous avons su qu’il s’agissait vraiment d’une otite, on a dû en voir peut-être au moins une soixantaine certainement en tout et partout, et c’est sans compter les parents à qui on l’avait dit et qui ont pu l’essayer sans nous en parler. Bien sur toutes ces fois, il n’est arrivé qu’une seule fois où une maman avait jugé pertinent de donner les antibiotiques finalement, car sa fille, qui était plus grande, se plaignait encore après plusieurs jours et disait ne pas bien entendre. C’est la seule fois, depuis toutes ces années, où la méthode n’a pas pu régler complètement la chose. En fait on ne sait pas si c’est l’antibiotique qui a fait une différence, mais cette fois-là il avait été donné. On se fait souvent demander comment on fait, c’est quoi notre méthode… donc voilà!

Voulez-vous savoir comment on s’y prend? 

 

Si l’enfant se plaint de mal à l’oreille, a le pavillon d’une oreille (ou les deux) rouge, ou qu’un jeune enfant a l’air d’avoir mal, fait une fièvre avec écoulement de nez infecté (jaune ou vert), ou que vous soupçonnez ou avez connaissance d’une otite:

1) Les oignons. De notre expérience, tout le coeur du secret y est caché et c’est la toute première action à entreprendre… 

Les oignons sont un vieux truc de grands-mères qui fonctionne très rapidement pour soulager la douleur et guérir l’infection. (J’avais découvert ce truc dans un excellent livre qui s’appelle «  Médecine naturelle et maladies infantiles » de W. Stellman)  

 C’est très simple:

Prenez un oignon frais, coupez en un bout pour obtenir environ 1 c. à table d’oignons hâchés par oreille. (en cas de doute traitez les deux oreilles simultanément)  211.jpg

 Vous humectez une débarbouillette pour bébé très fine, ou très usée (l’important c’est que la vapeur puisse passer facilement au travers) Les petites débarbouillettes de bébés du commerce en ratine de polyester minces font super bien.

Cuisson des oignons:

**Attention!!! Il est absolument essentiel et primordial de n’utiliser aucun corps gras pour la cuisson des oignons. Aucune huile ou beurre ou autre, car les particules d’huile chaude qui pourraient passer au travers la débarbouillette pourraient brûler la peau de votre enfant. Donc, aucun corps gras! Rien d’autre que les oignons!

Version four micro-ondes: vous déposez votre petite quantité (environ 2 c. à table) d’oignons sur la débarbouillette, le tout dans une assiette, et faites chauffez quelques secondes à HI. (environ 10 à 15 secondes)

Version four traditionnel: vous passez les oignons à la poêle quelques instants (environ 1 à 2 minutes) pour les rendre bien vaporeux et piquants aux yeux. 24.jpg

Vous pliez la débarbouillette de sorte qu’il n’y ait qu’une seule épaisseur de tissu du côté des oignons. (autrement dit entre l’oreille et les oignons)

 25.jpg  26.jpg

27.jpg   28.jpg

Toujours vérifiez avant sur votre propre oreille, car les oreilles ressentent plus fortement la chaleur que  nos mains.  La sensation doit être chaude, agréable et confortable, mais pas brûlante!Vous verrez que la température de la pochette diminue rapidement. Vérifiez à quelques reprises sur vos propres oreilles et attendez le bon moment.

Ensuite, enfilez un bonnet à oreilles à votre enfant que vous nouerez sous le menton, et glissez-y la pochette d’oignons sur toute l’oreille, bien à plat.  Laissez en place de 15 à 30 minutes (le plus est le mieux), (l’enfant qui, tout apaisé, s’endort, peu dormir avec les oignons sans problèmes et il n’y a pas de limite réelle).

Note: Souvent les enfants sont très réticents la première fois, probablement à cause qu’ils ont déjà si mal. Mais faites-vous confiance, vous le soulagerez. Restez calme, procédez. Une fois le bonnet et la pochette installé, rien n’est meilleur qu’une belle histoire à lire tout collés avec une doudou! Et vous verrez comme il se calmera vite. Vous aurez très certainement moins de rouspétage la prochaine fois, votre enfant saura combien ces pochettes sont bienfaisantes!

Le soulagement est quasi-instantané. Imaginez comment la vapeur d’oignon vous fait pleurer quand vous les respirez. Cette même vapeur, antibactérienne et antimicrobienne, va s’infiltrer dans l’oreille et passer au travers du tympan, où elle fera se liquifier les sécrétions infectées et épaisses, de la même façon qu’elle fait se liquifier vos sécrétions nasales et oculaires! Et c’est justement la pression causée par ces sécrétions épaissies contre le tympan qui cause de la douleur… Vous pouvez imaginez comment cette vapeur chaude doit être bienfaisante!  En tout cas, nous avons de très nombreuses fois constaté cet effet: les enfants se calment rapidement, arrêtent de pleurer, et vont mieux après.

photobbzac.jpg bb Zachary

img2663.jpg

 

Vous pouvez répétez 3 fois par jour au début, mais généralement après la première journée c’est presque tout fini. Les plus grands et les adultes qui l’ont essayé le disent eux-mêmes, souvent une seule application suffit à enrayer souvent complètement la douleur et la congestion dans l’oreille.

Conseils généraux à appliquer en parralèle:

2) Dès l’apparition des premiers symptômes du rhume ou de de la grippe (car généralement les otites sont une complication de ceux-ci):

1) Veillez à ne plus donner de produits laitiers à l’enfant (laits, fromages, yogourts, crèmes, etc.). Les produits laitiers épaississent vraiment les sécrétions des muqueuses, dont le travail est de stopper l’invasion des microbes; celles du nez, de la gorge, deviendront plus épaisses, plus collantes, s’évacuant moins bien. Leur travail s’en trouve ainsi ralentit et perturbé. Pourtant, un nez qui coule, ça sert justement à faire sortir les microbes dehors. Et comme les sécrétions du nez communiquent avec les oreilles, c’est important de garder le tout liquide et fluide. Les otites, ca débute généralement quand des sécrétions remplies de microbes viennent encrasser les fins conduits de l’oreille interne. Donc, si on veut garder les liquides bien juteux, on arrête de donner les laitiers pendant tout le temps que dure la maladie!  Les pains blancs, farines blanches, céréales raffinées, l’avoine, le blé, le soya, le riz, parfois aussi les agrumes, ces aliments aussi font épaissir les sécrétions. En cas de maladie, on les élimine de l’alimentation! En cas de maladie chroniques… on se pose des questions!

Mais on offre quoi à la place?

De l’eau! Beaucoup d’eau! L’eau nettoie les muqueuses et les aide à faire leur travail plus facilement. L’eau nettoie le sang et aide les reins et la peau à mieux évacuer le méchant, et bien sûr, il n’existe pas de meilleurs prévention à la déshydratation! De là toute l’importance d’apprendre aux enfants le plaisir d’en boire avant. 

Des jus dilués et non-sucrés, non-colorés.

Des tisanes peuvent être données sans danger aux enfants. Personnellement j’ai d’excellents résultats avec la tisane de tilleul. Cette plante douce a bon goût, abaisse un peu la fièvre, calme, aide à dormir, et a la merveilleuse propriété d’assécher doucement les muqueuses surchargées; ainsi elle ralentit les nez qui coulent ou les toux en résorbant les microbes. Elle active aussi la transpiration, qui est aussi un moyen du corps pour faire évacuer les toxines et les microbes. On peut combiner le tilleul à une autre plante, selon le besoin:

La feuille de framboisier, en présence se symptômes de rhume ou de grippe. Le framboisier soulage de façon presque instantané un mal de gorge qui débute, et apaise le mal de gorge qui est déjà bien installé. Elle décongestionne, soulage le nez qui coule, les maux de tête.

La racine de guimauve, si l’enfant tousse, et/ou a la gorge, les poumons, les voies urinaires, ou même l’estomac, irrité. Cette racine douce et sucrée adoucit et cicatrise, fait diminuer la quantité de sécrétions et soulage efficacement la toux.

La feuille de molène, elle est merveilleuse pour les poumons et les bronches, qu’elle guérit en aidant à décoller l’excès de mucus et en calmant la toux.

Donc j’utilise toujours une part de tilleul, et généralement une part d’une autre de ces plantes que je connais très bien. Parfois j’utilise le tilleul seul, quand rien ne semble d’emblée suggérer autre chose. J’infuse environ 4 c. à table en tout dans un litre d’eau de source bien chaude (pas bouillante) , idéalement dans un bodum, je laisse les herbes flotter librement et descendre au fond. Au bout de 15 à 20 minutes, c’est prêt. L’infusion doit être un peu colorée, et goûter quelque chose. J’y ajoute ensuite du miel, non-pasteursié et local,  -ça va de soi! -les enfants adorent!!! 2 bonnes grosses cuillères de miel pour le litre de tisane.  Je laisse ensuite le pot sur le comptoir toute la journée, et j’en offre à boire toutes les heures une petite quantité, ou encore 3-4 fois par jour une petite tasse selon l’âge et les goûts. Pour les plus bébés de plus de 1 an, environ 3-4 onces 3 à 4 fois par  jour.  Pour les enfants de 2 ans et plus, sensiblement la même chose, mais un petit peu plus. Pour les enfants qui n’aiment pas le goût de la tisane, on peut leur mélanger avec du jus. Elle peut même se boire froide, mais en cas de maladie (surtout avec fièvre) tiède-chaud c’est préférable pour ne pas choquer l’estomac et profiter des propriétés calmantes.

De la soupe maison! C’est si bon, faite de bouillon maison, légère, à laquelle on ajoute quelques légumes guérissants et stimulant le système immunitaire, tels que les oignons (cuits ils deviennent si facile à manger) et l’ail qui tuent bon nombre de microbes à leur deux seuls. On peut y ajouter une pincée de thym, qui est un super bon assainisseur.

Quelques crudités, quelques craquelins, des compotes de fruits non-sucrées, quelques noix…  L’idée, c’est de ne pas surcharger l’estomac. Un estomac plein demande beaucoup d’énergie à l’organsime pour digérer le tout. Ce n’est pas pour rien qu’on a pas faim quand on est malade! Le corps se réserve ses énergies pour guérir. Il ne faut pas s’inquiéter devant un enfant qui ne mange pas plus que cela pendant plusieurs journées. Il sait écouter ses besoins et se remettra bien vite sur pieds! L’important c’est de boire beaucoup. La faim reviendra en même temps que l’énergie et la santé.

3) Veillez également  à désobstruer et liquéfier les narines régulièrement, afin de permettre aux sécrétions de ne pas devenir épaisses et collantes, ce qui est un terrain propice au développement des bactéries et ce qui prédispose aux infections… comme les otites. On peut utiliser du Salinex ou en faire soi-même, (eau + sel, doser pour que ca «goûte» les larmes = bonne concentration de sel) qu’on peut mélanger avec un peu de tisane concentrée de camomille qui apaise et nettoie. Il suffit de faire glisser quelques gouttes dans chaque narine avec un compte-goutte. Répéter souvent, moucher, surveillez. Intensifiez en cas d’écoulements purulents jaunes-verts,  signes d’une infection bactérienne.

4) Le plus possible, laissez la fièvre faire son travail.

Je sais! J’entends déjà les hordes de parents s’élever et s’inquiéter! Je sais qu’il est coutume de donner du tylénol dès l’apparition de la fièvre, pour soi-disant «soulager» l’enfant. Mais saviez-vous que la fièvre est un moyen de protection de notre corps, et non une menace? Elle agit en réponse à une attaque par des virus ou bactéries. La fièvre est merveilleuse la plupart du temps:

- elle permet à nos globules blancs (ceux qui s’attaquent aux envahisseurs pour combattre l’infection) de se multiplier beaucoup plus vite. Plus il y en a, mieux c’est!!!

- elle permet à ces mêmes globules blancs-attaqueurs de se déplacer beaucoup plus rapidement!!!

- elle rend un peu somnolent. Elle fait dormir… en dormant, tout notre corps se regénère beaucoup plus rapidement que quand nous sommes éveillés! Ainsi nous combattons plus vite et mieux!

- elle coupe l’appétit, afin que nous préservions nos forces, comme je vous disait…

- et elle tue les microbes! Cette chaleur ralentit le déplacement des envahisseurs, les empêche de se multiplier, et les tues carrément … si pour peu qu’on la laisse faire son travail, elle est vraiment une alliée.

- elle n’est pas dangereuse. Elle ne monte que très rarement au delà de 41C, et le pire qu’il peut arriver c’est que l’enfant convulsionne. Cela peut arriver généralement quand la fièvre monte très brutalement et à une température élevée. Dans la très grande majorité des cas, les convulsions sont sans danger, quoi qu’impressionnantes. Il faut savoir aussi qu’elles touchent davantage les garçons, et avant 6 ans. Si la fièvre de votre enfant monte rapidement et qu’il est très mal, je vous conseille d’essayer d’abord de lui donner un bain et une tisane de tilleul, ce qui pourrait aider à contenir la fièvre et à garder l’enfant plus confortable. Des granulés homéopathiques de BELLADONNA peuvent être aussi donnés dans ce cas particulier, surtout si l’enfant a le visage rouge, les joues rouges, et qu’il est très chaud. Un autre truc de grand-mère bien répertorié est l’enveloppement des mollets avec des serviettes mouillées d’eau fraîche. C’est le même principe que la débarbouillette mouillée sur le front, mais les mollets ont une plus grande surface de peau et cette technique permet de faire baisser la fièvre juste assez pour la rendre plus tolérable.

* Note: Il faut savoir qu’un enfant qui frissonne essaie de faire monter sa fièvre, le corps lutte pour le réchauffer davantage. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à l’habiller et à le couvrir; ainsi nous évitons des efforts à son corps et beaucoup d’inconfort. De mon expérience, et ce la plupart du temps, les enfants sont nettement moins incommodés lorsqu’ils sont habillés et couverts. traditionnellement, on enfilait des bas de laine aux enfants, des combines et des foulards, et ils étaient au lit! Je crois que les grands-mères savaient bien ce qu’elles faisaient. Et avec 12 et 15 enfants à la maison, elles avaient fort certainement l’expérience d’un petit docteur pour tous ces petits maux!!!

À propos du tylénol et de la maladie:

C’est vrai qu’on ne se sent pas très bien quand on fait de la fièvre… Mais ce n’est pas ça, être malade? Pourquoi faudrait-il empêcher nos enfants de «sentir» la maladie?  En leur donnant du tylénol pour leur permettre de continuer leurs activités, leurs cours, leurs journées à la garderie, leurs jeux, leurs repas, on les «coupe» littéralement de leurs instincts de protection. La maladie est pourtant encore là, mais on ne la voit pas. Pire: le corps est occupé à dépenser tant d’énergies pour plein d’autres choses qu’il ne lui en reste plus beaucoup pour s’occuper de ses envahisseurs… Alors qu’il commandait repos et sommeil en lancant la fièvre, il reçoit le contraire. Quelle logique?

Bien sûr parfois la fièvre est forte, trop forte, donnant maux de têtes violents, ou encore hallucinations et même délire, ou encore douleurs physiques importantes. Personnellement, je ne donne le tylénol que dans ces cas, pour soulager réellement de la douleur et donner un répit qui ne veut pas venir. Parfois elle est nécessaire pour un enfant qui n’arrive pas à dormir, et qui souffre d’une fièvre agitée. Vous pouvez juger de cela vous-même. Mais ne craignez pas la fièvre…

5)  Du DODO!  Beaucoup de dodo, comme dans le bon vieux temps. Pas des heures de télé, figés à l’écran, le cerveau sur-stimulé. Je parle de bonnes vraies longues journées passées au lit ou collé dans les bras ou dans une écharpe. Tant et aussi longtemps qu’il y a de la fièvre au minimum. Mes enfants aiment la musique douce qui détend, quelques bons petits livres, leur petite tisane tout près, des couvertures douces, ce n’est pas désagréable du tout! Et le corps guérit si bien dans son lit! Et sans complications! Et être au lit quand on est malade est aussi un apprentissage :-)

6) Combinez à ce traitement bien naturel une teinture d’échinacée biologique, pour les enfants de plus de 1 an, en suivant la posologie indiquée. Plusieurs compagnies vendent des formules pour les enfants. L’échinacée est réputée pour traiter les affections aigües comme les otites ou les amydalites. Elle stimule le système immunitaire de nombreuses façons, et tue grand nombre de virus et de bactéries. Vous pouvez donner le traitement sur 10 jours, comme l’aurait été un antibiotique «traditionnel». Je privilégie beaucoup la compagnie «La clef des champs» qui produit une gamme avancée de teintures, herbes et onguents tout bio et faits à la main au Québec. 

Si votre enfant fait des otites à répétitions ou qu’il se libère mal de son otite:

Je vous recommande fortement de consulter un bon chiropraticien de votre région, ou encore un osthépathe si vous en connaissez un bon. L’oreille interne étant très fine et délicate, il se peut très bien qu’un petit désalignement des structures internes en soit la cause.  Votre chiropraticien peut vous renseigner sur ce sujet et saura traiter votre enfant efficacement et sans médicaments.  Il a d’ailleurs les outils nécessaires également pour regarder dans l’oreille, comme chez le médecin, ce qui en fait aussi un avantage car nul besoin d’aller attendre à l’urgence pendant des heures! Savez vous que les chiropraticiens doivent faire un doctorat de 5 ans pour être diplômés? Ils sont réellement équipés en santé. Si vous êtes de la région du Saguenay-Lac-St-Jean, je vous recommande chaleureusement Docteur Jasmin Tremblay,  père de 4 enfants, qui est chiropraticien depuis 12 ans et spécialisé dans la pratique familiale. Vous pouvez le rejoindre à sa clinique L’Odyssée Familiale au 418-542-8999.

Complications de l’otite à connaître:

Il va se soi que pour se sentir rassuré en tant que parent, il est important de connaître tout ce qu’il y a à savoir. Il existe bel et bien des complications possibles à une otite, de là l’intervention rapide des médecins avec les antibiotiques.  Pourtant, les antibiotiques ne soignent pas les otites virales, et il est vrai que la plupart (plus de 85% selon http://fr.wikipedia.org/wiki/Otite) des otites guériraient d’elles-mêmes  et spontanément sans que l’on fasse quoi que ce soit, si on les laissaient faire  (voir mon article à ce sujet). Et je suis persuadée qu’un véritable protocole de guérison tel que celui que je vous propose peut faire une réelle différence pour les otites un peu plus difficiles…

Cependant, en étant bien renseignés, on sait quand il est réellement le temps de consulter, et faites-vous confiance! Vous seuls connaissez aussi parfaitement votre enfant. Devant des signes qui s’aggravent nettement, devant des réactions anormales, une fièvre très élevée qui vous inquiète, si votre enfant souffre aussi de vomissements, de raideurs anormales du cou, d’éruptions étranges, allez consulter rapidement! Aucun livre ni aucun article ne saura le décider pour vous. Je vous conseille de lire, de chercher. Il est aisé de trouver des articles forts complets sur les possibles complications de l’otite. En les lisant, en vous renseignant, vous développerez votre bagage de connaissances et vous sentirez plus forts et outillés. Lire les complications possibles ne doit pas devenir une source d’anxiété mais plutôt une manière rationelle de comprendre et d’intervenir dans la santé de vos enfants.

Mais sachez tout de même que dans la très grande majorité des cas, l’enfant saura se défendre, son corps et son système immunitaire  ont été conçu pour cela.


À propos des antibiotiques

En suivant ce petit protocole, je n’ai jamais eu à donner d’antibiotiques à mes enfants. En fait, comme je le spécifie dans mon article précédent, il est vraiment raisonnable d’attendre 3 à 4 jours complets avant de consulter, s’il n’y a pas d’autres inquiétudes. C’est à vous de jugez. Renseignez-vous, cherchez, questionnez. Vous pouvez lire mon article précédent sur les antibiotiques pour les otites si ce n’est déjà fait. (leur efficacité est très discutable, ils amènent des effets secondaires non-négligeables, ils n’apaisent que rarement la douleur et ne racourssicent la durée de l’infection que de très peu… allez voir, c’est l’article précédent celui-ci)

Il m’est arrivée à quelques reprises d’aller consulter pour une de mes filles malades, de ressortir avec une prescription d’antibiotiques, et d’attendre encore un peu… Souvent le lendemain elle était mieux, si bien que finalement elles n’en ont jamais pris. Pourtant, combien de médecins déclarent aux parents qu’il n’y a que les antibiotiques pour venir à bout de ces otites, et de bien d’autres choses encore… C’est totalement faux. Comme je le dis dans cet article à ce sujet, même en faisant rien du tout d’autre que de laisser faire le corps, la plupart du temps tout se résorbe tout seul. Moi  je crois qu’en appliquant en plus ces stratégies renforcissantes et stimulantes on peut venir à bout de bien des choses…     

J’ajouterai ici vos photos d’enfants soulagés par l’action thérapeutique de vos bons soins… et du «bonnet guérisseur» comme l’a surnommé une maman que je connais et qui l’a essayé avec un grand succès. Vous n’avez qu’à me les envoyer via courriel avec, si possible, un commentaire!  Le but étant bien entendu d’encourager le plus grand nombre de parents à se faire confiance dans ce petit combat de la vie!

                 lkbonnet1.jpg

«J’ai été chez le médecin ce matin pour contrôler son otite.  J’avais beaucoup de crainte car elle mouche encore très vert mais j’ai eu la bonne nouvelle que Léa-Kim est en voie de rémission.  Le médecin n’est plus inquiète elle est certaine qu’elle s’en tirera très bien sans antibiotique.  Alors, j’ai maintenant la preuve que parfois le temps est le meilleur remède.  Je suis vraiment contente et je continue les tisanes ,le salinex et les oignons.  J’ai atteint mon but soit l’age de 1 an sans antibio alors on s’en sort quand même bien.

Merci mille fois pour tous tes conseils!!

Une maman rassurée, J. »

photosacha002.jpg

Bébé Sacha-Lou, 15 mois, Mtl, soulagé de la douleur…

img2663.jpg

Voici une photo de ma doudoune qui vous remercie grandement pour cette recette miracle. Après 2 jours de grandes douleurs, nous avons essayé, non sans suspicionss sur l’effet réel, le traitement aux oignons sur notre fille de 9 mois…. Nous n’en revenions pas de voir notre fille sourire et se promener partout dans la maison le sourire aux lèvres comme si de rien était! L’effet a été instantané! Merci!

20 juin, 2008

Antibiotiques et otites…

Classé dans : Santé familiale globale — lejardindejulie @ 20:45

 

14.jpg

Les oreilles en chou-fleur?

Je vous l’avait promis, voici enfin ma dernière petite recherche, faisant suite à ce que je vous racontait au sujet des antibiotiques, sur quelques faits entourant les otites des enfants. Passionnée que je suis pour la santé de ma famille, j’ai depuis longtemps questionné et surquestionné amis, parents, familles, infirmières, docteurs, sages-femmes, articles, livres, sites internets…

Voilà.

 Je suis tombée sur de très bons articles qui traitaient de l’efficacité des antibiotiques pour soigner les otites aigües. Ma petite R-L (1 an) a eu mal à une oreille cet hiver, et je me suis relancée dans mes recherches plus profondément. J’ai toujours soigné moi-même les otites de mes enfants à la maison, mais je voulais vérifier où en étaient les recherches de l’heure sur le sujet… Je vous fais part des grandes lignes, qui ont de quoi ébranler quelques convictions! 

- La guérison dite «spontanée» de l’otite moyenne, c’est-à-dire rapidement et sans traitement est la règle pour la majorité des cas. La guérison spontanée survient dans 69 à 97 % des otites bactériennes, dans 100 % des otites virales

 source: ww.swisspaediatrics.org/paediatrica/vol11/n4/oma-fr.htm 

 - Dans la population en général, environ 80 % des otites guérissent spontanément sans traitement par antibiotiques, en l’espace de 2 à 14 jours.

Source: Perreault D, Dre. Otite égale antibiotique? La Presse, 9 novembre 2003.

 - Seulement 5 % à 14 % des enfants traités par antibiotiques

 guérissent plus rapidement : une différence d’une journée à peine.

 Selon une recherche effectuée aux Pays-Bas, auprès de 240

enfants âgés de 6 mois à 2 ans)

Source: Damoiseaux RA, van Balen FA, Hoes AW, Verheij TJ, de Melker RA. Primary care based randomised, double blind trial of amoxicillin versus placebo for acute otitis media in children aged under 2 years. BMJ. 2000 Feb 5;320(7231):350-4.  

- 5 à 10 % des enfants traités par antibiotiques sont victimes de nausée, de diarrhée, ou de vomissements.

Source: Richard A, Dre. Guide de pratique pour le diagnostic et le traitement de l’otite moyenne aiguë, L’Actualité médicale, vol. 25, no 38, 6 octobre 2004. - Plus de 30 % des otites ne sont pas bactériennes (3), ce qui signifie que plus d’une fois sur 3, les antibiotiques auront été donnés pour soigner un virus… ce qui est complètement inefficace et inutile.

source:  par Jean-Yves Dionne, B.Sc. Pharm. 

- Pour empêcher 1 enfant de ressentir de la douleur entre 2 et 7 jours après le début de l’otite, 17 enfants doivent être traités aux antibiotiques.

source: Del Mar C, Glasziou P, Hayem M., Are antibiotics indicated as initial treatment for children with acute otitis media? A meta-analysis. BMJ. 1997;314;1526-1529  - Au bout de 6 semaines ,l ‘otite dite «séreuse»  se retrouve  autant chez des enfants traités par antibiotiques que ceux qui n’ont pas été traités (source idem 3) 

- Les antibiotiques ont peu d’impact sur la guérison de l’otite moyenne aiguë, mais elle suggère une efficacité à court terme (48 à 72 heures) de l’antibiothérapie sur la douleur et la fièvre (source idem 3) - On peut  attendre de deux à trois jours avant de prescrire des antibiotiques chez les enfants de plus de deux ans, lorsque les symptômes ne sont pas graves. Source: Dre Luce Pélissier-Simard, M.D. Passeport Santé

- Chez les enfants de moins de 2 ans le traitement par antibiotiques n’améliorait pas l’évolution spontanée favorable et ne pouvait améliorer la symptomatologie que chez un enfant sur huit, de plus en ne raccourcissant sa durée que d’un jour. (source idem 3)  - Dans une recherche d’envergure avec des enfants de 2 ans et plus, plus de 90% ont été guéris de leur otite avec un traitement de gouttes nasales et d’analgésiques. Aucun antibiotique n’a été donné, à moins que les symptômes n’aient persisté quatre jours.  Source: (Baltimore, R.S., Antibiotic Treatment of Otitis Media, Ninth Annuel Infectious Diseases in Children Symposium, Nov. 23,1996, New York.

 - Du fait de leur trop grande utilisation, les antibiotiques perdent leur efficacité contre des souches bactériennes ayant développé une résistance à ce type de traitement, ce qui est particulièrement ennuyant dans le cas d’infections graves. La tendance est donc d’en diminuer l’usage le plus possible.

Source: Little P, Gould C, Williamson I, Moore M, Warner G, Dunleavey J. Pragmatic randomised controlled trial of two prescribing strategies for childhood acute otitis media. BMJ. 2001 Feb 10;322(7282):336-342.  

D’autre part, on croit que l’usage inconsidéré des antibiotiques empêche une maturation suffisante du système immunitaire et est un des facteurs de l’augmentation spectaculaire du nombre de personnes souffrant d’allergies et d’asthme depuis une trentaine d’années. (idem à 11) 

Note : Les antibiotiques sont surtout employés pour réduire le risque que l’otite évolue vers une complication, rare, que sont la mastoïdite ou la méningite. C’est d’ailleurs la raison générale pour laquelle les antibiotiques sont prescrits pour traiter les otites. On craint ces complications qui pourtant ne surviennent que chez très peu d’enfants, et seulement quand l’otite elle-même persiste avec infection réelle au delà des délais normaux, -notons qu’une otite normale peut durer entre 7 et 14 jours.   De nombreuses choses peuvent être faites pour soutenir le corps dans son processus de guérison… Les connaissez-vous?

16 juin, 2008

Le développement des sens pendant l’enfance…

Classé dans : Pédagogie Waldorf — lejardindejulie @ 22:43

Voici un petit article puisé sur le site de l’école de la Roselière, au Québec, qui m’inspire énormément et qui est d’une vérité et d’une beauté infinie… J’aimerais vous dire qu’il s’agit là d’un début sur tout ce que j’ai envie de dire au sujet de l’environnement des enfants, de ce que nous leur offrons en tant qu’expériences…

Un petit cadeau que j’avais envie de vous offrir… un délice à lire, écrite par une femme unique.

 5.jpg

Réflexion sur le développement des sens pendant l’enfance  Par Marguerite Doray Tout neuf, tout pur, l’enfant nouveau-né porte en lui le miracle de la vie, l’espoir.
D’où vient-il? Où va-t-il? … Mystère. Mystère qui cherchera à se dévoiler pendant toute une vie… Aujourd’hui l’enfant est là, avec nous. Terre, eau, air, lumière, chaleur, voilà sa maison. Famille, village, pays, planète, voilà son jardin. Il voudra bien explorer sa maison, comprendre ses principes, ses lois pour s’y abriter et s’y épanouir. Alors il pourra travailler dans son jardin avec toute sa force, sa créativité et son amour. Comme le chêne vit déjà dans le gland, tous ces projets vivent dans ce petit être naissant. 
Nous sommes là, devant sa fragilité; il a besoin de notre amour pour manger, boire, se vêtir. Il a aussi besoin de nous, dès maintenant, pour amorcer l’accomplissement de son projet, de son destin. 

Comment l’aider à faire ses premiers pas dans la connaissance de sa maison faite de terre, d’eau, d’air, de lumière et de chaleur? Comment lui permettre de préparer son plan de jardin pour le réaliser, le moment venu, avec ses forces personnelles, l’aide de sa communauté et la bienveillante sagesse de l’univers?  Les sens de l’homme sont des clés qui permettent d’entrer dans notre maison terrestre. Nous avons naturellement tendance à soigner le sens du toucher de l’enfant en choisissant pour lui les finettes de coton les plus douces ou les lainages les plus soyeux ou les soies les plus fines pour sa tendre peau toute neuve. Nous pouvons ressentir sa rencontre avec la nature matérielle des choses et nous voulons que cette rencontre soit douce, sans agressivité. Le sens de l’ouïe, à notre époque, ne jouit pas de la même tendance naturelle à être protégé. Le sens de l’ouïe nous permet d’entrer dans un rapport très étroit avec la nature intime des objets et des êtres : les yeux fermés, je sais si c’est du bois, du verre ou du métal qui est frappé pour résonner; je peux distinguer les essences des différents bois à leur son ou si un pot est fêlé ou non. Or, nous sommes trop souvent victimes d’illusions dans notre univers sonore.  Croire que c’est une voix humaine ou un instrument de musique que l’enfant entend dans un appareil magnétophone ou un téléviseur est une illusion. L’enfant perçoit le son codé et fabriqué mécaniquement par l’appareil électrique. C’est cela la véritable expérience sensorielle de l’enfant. Il a l’expérience d’une machine, d’un rythme mécanique produit électriquement. Même si les images télévisées ou les jouets à pile varient de formes ou d’aspects au possible, l’expérience sensorielle demeure unique; le son mécaniquement produit. De même, le coquillage de plastique qui tombe ne réveille rien de la nature interne du coquillage. La palette sonore de l’enfant reste monochrome. 

Quelques verres identiques remplis d’eau à différents niveaux que l’on frappe avec une baguette de bois pour faire de la musique le touchera plus intimement, plus profondément qu’une symphonie même grandiose entendue à la radio.  Le sens du toucher est soigné dans les premiers jours de l’enfant mais ce sens aussi peut être victime d’illusion. Si nous donnons cinquante jouets de plastique à l’enfant, son expérience tactile est toujours celle du plastique et la palette tactile de l’enfant demeure aussi monochrome. L’enfant travaille avec vigueur à conquérir sa vision en foyer. Or, l’écran cathodique, composé d’une infinité de points isolés les uns des autres, contribue à défocaliser la vision de l’enfant. D’ailleurs, la défocalisation est un des moyens employés pour plonger une personne en état d’hypnose, ce qui se produit chez l’enfant devant le téléviseur. Le sens de la vue a aussi besoin de soin.  Le goût et l’odorat peuvent aussi être trompés par les saveurs et arômes artificiels ou par les ajouts de sucre dans tout, c’est bien connu maintenant. Si nous donnons à l’enfant un vrai coquillage, des jouets en bois, en laine ou en coton, des noix en écailles, des cailloux, des clochettes en cuivre; si nous cuisinons avec lui en lui offrant la vraie saveur des carottes, des haricots, de la bonne farine, alors, nous varions sa palette sensorielle dans un registre qui touche de près la vie, un registre qui appartient à sa vraie maison. Si nous lui permettons de jouer librement, animé par son imagination et son pouvoir d’imitation, nous lui permettons d’élaborer son plan de jardin qu’il réalisera plus tard. 

Si l’enfant ne connaît pas sa maison faite de terre, d’eau, d’air, de lumière et de chaleur, comment pourra-t-il la soigner pour qu’elle accomplisse sa fonction de « protectrice de la vie »? Comment pourra-t-il travailler dans son jardin, s’il n’a pas la vraie connaissance et la sécurité de son logis pour y trouver la force et le repos?  La connaissance de sa maison, le travail dans son jardin, ce sont là les outils que son éducation lui aura donné pour dévoiler l’énigme de sa vie, son « D’où je viens », « Où je vais » et son « Qui je suis ».     Marguerite Doray a dédié une grande partie de sa vie à l’enseignement; du jardin d’enfants jusqu’au secondaire II. Elle est maintenant propriétaire de la boutique–atelier La grande Ourse à Mtl.    

Pour dénicher des jouets et accessoires de maternage/paternage simples qui stimulent le développement sain des sens des bébés et des enfants, voir www.lejardindejulie.com       

Avec une pierre, tu fais combien de coups, toi?

Classé dans : Vie quotidienne — lejardindejulie @ 22:22

12.jpg

Qu’il est beau, le son des petites roches dans l’eau…

Que j’aime regarder mes enfants être des enfants, tout simplement.

- Es-tu capable de faire des bonds avec ta roche, toi maman?

- J’ai jamais réussi… moi, lancer, je suis pas très douée!

-Oh regardes maman! J’ai fais pleins de ronds, moi!

 

Le jardin avance!

Classé dans : Fleurs et Jardins — lejardindejulie @ 22:04

24.jpg

J’ai enfin pu finir de bêcher, retourner la terre, arracher le gazon,

(avec lequel nous avons créés une butte super sous le tilleul pour les enfants)

ajouté du sable, de la terre noire, plein de compost,

retirer tous les vers blancs que j’ai trouvé et offert aux merles du coins en collation spéciale,

maintenant les petits chemins sont tracés,

et la plupart des graines sont semées!

Youhoo!!!!!

         Et j’allais oublier: nos tulipes sont enfin ouvertes depuis une semaine… et magnifiques!)

21.jpg

Apprendre à lire et à écrire en première année et pour le reste de sa vie…

Classé dans : Ecole a la maison — lejardindejulie @ 21:37

Je viens de terminer un livre qu’une amie à moi, une maman extraordinaire qui exerce elle aussi le bonheur de faire l’école à la maison, m’avait prêté, étant convaincue que j’aimerais la manière… moi qui aime tant la philosophie amenée par Mr. Steiner sur la question des apprentissages.

Et bien elle avait raison! Car j’ai dévoré ce bouquin plein de beauté et de sens.

Et j’ai choici ce lieu pour lui dire pourquoi, à elle en particulier, mais aussi pour renseigner d’autres parents intéressés par le sujet, pourquoi je l’ai aimé et en quoi il me fait penser à la pédagogie Waldorf sur certains points forts  intéressants. :-)

Tout d’abord l’auteur de ce livre, Yves Nadon, me semble être un grand passionné pour son travail de professeur. J’ai déjà lu quelque part dans mes lectures Waldorf qu’un des plus beaux cadeaux que l’on puisse faire à nos enfants est de trouver notre passion d’adulte. Parce que tout d’abord, les enfants apprenent tant et tellement seulement qu’à nous regarder. Parce qu’ils nous imitent et imiteront notre plaisir à la vie, notre joie parce qu’on fait des choses qui nous plaisent.  On montre de cette façon à nos enfants que la vie est réellement belle, si belle qu’on ne se contente pas simplement de leur dire d’en profiter, on en profite nous-même, et de par ce fait même on leur montre le chemin.

Mr. Yves Nadon est un passionné pour les livres, les histoires, les lettres, les mots, la poésie, la langue. C’est cette même passion qui anime les professeurs de la pédagogie Waldorf, qui nomment tout ce que je viens de dire: «L’Art du langage» dans leurs écoles.

Car c’est un art! C’est magnifique! C’Est puissant! Ce professeur du Québec explique qu’il n’en a pas toujours été ainsi… Il a été jadis un professeur qui se contentait des livres d’exercices, des manuels, des devoirs à remettre.  Et combien de profs dans combiens d’écoles sont ainsi!!! Mais les enfants dans tout ça? Et le plaisir??

Je vous cite un petit passage:

« Imaginez mon libraire qui s’inquiète avant de me vendre un livre et me demande si j’ai bien compris ma lecture précédente. Si j’ai vu la finesse de l’intrigue. Si j’ai assez d’esprit poétique pour comprendre ce texte. Si je me rends compte de la portée idéologique du roman. Bref, si je mérite tout simplement de le lire! Et si je rate son examen de 10 questions, je ne pourrai en acheter un autre et devrai relire le précédent!

Faillite assurée pour ce libraire! Il perdrait ses clients! »

N’est-il pas ce qui se produit dans nos écoles??

Combien d’enfants de 6 ans (en 1ère année) j’ai rencontré dans ma vie, à bout de souffle, fatigués, disant ne pas aimer l’école, stressés à l’idée de commencer la semaine qui s’annonce lourde et longue, épuisés, démontrant une écriture forcée, saccaddée, ou encore lisant avec misère les textes insongés des bouqins scolaires et des dictées. Pas mal!!!

Ce livre parle de plaisir, de passion, et des moyens qu’il prend pour y arriver. De la façon qu’il s’y prend pour faire tripper les enfants et leur donner toujours l’envie d’aller plus loin. C’est un peu comme une grande visite au coeur de sa classe.

Tout d’abord ces moyens sont variés et vivants, et il utilise beaucoup de choses agréables à manipuler pour les enfants, et peu de cahiers. Ce qui ressemble encore beaucoup au Waldorf.  Il encourage les enfants à «bouger » les formes, à dessiner avec leurs corps dans l’air les lettres, avant de les appliquer sur papier. Il permet aux enfants d’avancer selon leur propre rythme personnel à chacuns.  Il utilise le sable pour tracer, les lettres à manipuler, de grandes feuilles géantes pour écrire.  Il parle de l’endroit:

« Les enfants sont comme vous et moi. Ils ont droit à un environnement convivial, confortable et propice à la concentration, à une classe qui dit tout haut que nous aimons lire et que nous lirons. Comment passer 6 heures par jour dans ces endroits parfois si tristes, sans personnalité, sans vie apparente? »

Dans sa classe on y trouve un véritable «bain» de lecture, des mezzanines, des coussins, des tables basses sans chaises pour diminuer le bruit, des plantes, … Il a même fait aménager à même l’école une toilette avec un dossier spécial pour y lire confortablement!  Toute la créativité de l’idéologie Waldorf y est.

Sa classe bénéficie aussi de bons rituels qui utilisent les saisons, entre autres. Il ya  des méthodes pour stimuler les forces des enfants et ne pas appuyer sur les difficultés, car il croit que les enfants ont besoin qu’on les encourage dans leurs forces.  Les mêmes principes qu’en Waldorf.

Il leur offre aussi de la vraie littérature. Des bons livres, des classiques, de bons auteurs. Les bons ingrédients pour en retirer du plaisir, quoi! Pas n’importe quelle histoire écrite selon peu de valeurs et n’ayant que la grammaire et la morale à la fin! Mr. Steiner insistait beaucoup sur l’importance du contenu littéraire, des images, de la profondeur des mots, de la beauté de l’ensemble, comme moteur de croissance pour les enfants.

Ses stratégies sont vraiment variées, il lit beaucoup à haute voix. Une clé essentielle en Waldorf.  Lire aux enfants est d’une importance capitale pour leur enseigner à le faire, et leur témoigner le plaisir qui s’y rattache. Poutant, c’est presque oublié dans combien d’écoles…

Il crée aussi des sacs de lecture, adaptés et personnalisés pour chaque enfant, selon leur goûts, et leur stade d’apprentissage. Ainsi chacun peut lire des choses intéressantes et stimulantes pour son propre niveau de lecture. Les enfants jouent avec de vieilles dactylos, dans du riz, au tableau, créent de petits abécédaires personnels… Tout cela me fais beaucoup pensé à la méthode Waldorf qui met l’emphase sur un apprentissage doux et créatif, où l’enfant prend son temps. Il remets également en question tout ce que l’on pense des évaluations… expliquant avec plusieurs études à quel point l’évaluation nuit aux enfants et pourquoi on devrait pouvoir fonctionner sans elle. Encore un point commun avec le Waldorf!

Il travaille aussi avec des stratégies très «scolaires» pour comprendre la progression des enfants. Je dirais que dans l’ensemble, ce sont des termes plus «savants» pour définir en fait des choses qui se font bien à la maison. Toute la technique dans son ensemble s’applique très bien à l’école à la maison. De fait, je crois que ces éléments plus «scientifiques» doivent aider dans un contexte où il y a une bonne quantité d’enfants avec lesquels l’on doit tout se souvenir.

D0nc voilà un bon résumé que je vais arrêter là! Mais je suis heureuse de l’avoir lu, et aussi de réaliser que je fais bien de bonnes choses avec mes petites içi à la maison!

Donc je le recommande à ceux et celles qui veulent se garnir d’outils pour travailler l’apprentissage de l’art de la langue avec leurs enfants à la maison…

«Lire et Écrire en première année et pour le reste de sa vie»

Par Yves Nadon, éditions Chenelière McGraw-Hill, 2002.

 

 

11 juin, 2008

Nous sommes de retour!

Classé dans : Vie quotidienne — lejardindejulie @ 21:34

a.jpg 

Chers internautes, je dois vous le dire… Mai fut un mois vraiment très bien occupé!

J’ai eu la visite de deux copines chéries, chacune leur tour elles ont passées près d’une semaine à la maison. Ce fut extra! Puis ensuite nous avons eu à magasiner des soumissions pour la rénovation de notre revêtement extérieur de maison ainsi que des balcons… et comme nous cherchons les avenues vertes, ce n’est pas évident d’y voir clair!!! Vinyle, bois, cèdre, bois traité, fibrociment, huile ou teinture? C’Est la valse dans nos neurones!!! Et puis hop,  une autre petite semaine de passée… 

Puis je suis allée à une conférence du Dr. Jack Newman, sommité canadienne (entre autres) en allaitement… J’ai adoré!

Puis nous sommes allés visiter la famille pendant une autre longue semaine, notre famille et nos amis qui habite loin, et avons essayés de voir un petit peu tout le monde, pas facile!!!

Nous sommes revenus de ce périple vraiment fatigués, mais le coeur rempli de bonheur et d’amour!!!

Là j’ai tout plein de belles images à partager, pleins de photos à transférer dans mon ordi une fois que l’appareil sera rechargé, les enfants vont bien, la maison est un chantier, les semis sont grands, le jardin est tout taillé et labouré et il ne reste plus qu’à y  intégrer du bon vieux fumier de poule bio ainsi que des semences, et je dois poursuivre les rénos qui attendent urgemment notre aide!!!  Nous aurons un été bien rempli je crois… ;-)

Mais je pense à vous tous…

Et j’ai tant et tant de choses à vous raconter…

Prochaines choses dont j’ai beaucoup envie de vous jaser:

- l’homéopathie dans ma famille comme moyen spectaculaire de guérison, encore remarqué cette semaine!

- comprendre et soigner l’otite de l’enfant naturellement et sans dangers… mon expérience…

- le rôle du jeu et les jouets pour les enfants

- les plantes médicinales comme alliées dans ma vie

- sur les dessous de la vaccination… j’en apprends encore du nouveau!

- le marketing des laits en formules pour les enfants

- et bien d’autres surprises… bien entendu!!!

Et de nouvelles photos à venir cette semaine… Revenez me voir! :-)

Cool   Bye Bye

 

Les zums |
Blog de MARILOU |
Anne, Sébastien, Clément, C... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lenaik
| bachir2008
| ma vie